La Critique : Ghost Recon Wildlands

Ubisoft a choisi d’utiliser son immense force de production afin de nous proposer des jeux aux environnements open world. Le dernier en date nous plonge au cœur de la Bolivie, aux commandes de l’unité spéciale Ghost Recon. Cela faisait cinq ans que cette licence de Tom Clancy avait disparue des écrans radar. Là voilà de retour, cette fois-ci dans un univers beaucoup plus réaliste et contemporain que son prédécesseur (Future soldier). Avec une liberté d’action quasi totale, l’éditeur français cherche à frapper un grand coup, notamment à l’aide d’une map gigantesque et d’une solide IA. Pas moins de huit studios de la firme ont participé au développement du jeu, c’est dire toute l’ambition insufflée dans le titre. Afin de vous faire vivre au plus près l’atmosphère de Ghost Recon Wildlands, nous vous proposons une critique un peu particulière.

Les Ghosts profitent du coucher de soleil après une dure journée de boulot.

Opération Kingslayer :

À l’attention de l’unité Ghost Recon : Ce dossier est classé secret défense et doit être détruit après lecture. Vous n’êtes pas sans savoir que la situation politique et social en Bolivie devient un vrai merdier. Le cartel de drogue d’El Sueño s’est infiltré dans toutes les sphères du gouvernement et ne va pas tarder à sortir des frontières du pays. Les États-Unis ne peuvent pas accepter de voir ce fléau atteindre notre pays et décide d’agir dans l’ombre. Une action de surveillance entreprise par la C.I.A s’est soldée par un échec, avec le meurtre de l’agent Ricardo Sandoval. Son enlèvement a été camouflé à l’aide d’une attaque à la bombe, à l’ambassade américaine de La Paz. Nous ne pouvons plus rester comme de simples observateurs, le président a décidé votre intervention afin d’éradiquer purement et simplement le cartel. Votre objectif, éliminer un à un les responsables de cette organisation criminelle. Investiguez pour les identifier et remonter jusqu’aux leaders du groupe, en terminant par El Sueño lui-même. Vous serez en liaison avec l’agent Karen Bowman, qui synchronisera vos missions sur place.

Rien de tel qu’une randonnée à la montagne

Objectifs secondaires :

Karen ne sera pas votre seule alliée, nous avons organisé une alliance avec la faction rebelle Katari 26. Le commandant Pac Katari vous présentera la situation à votre arrivée. À vous de le convaincre d’être un atout dans sa lutte. Si vous réalisez certaines missions pour lui, vous pourriez bénéficier de son appui. Cela vous permettrait de déclencher des attaques au mortier sur des positions de votre choix, d’obtenir la livraison de véhicule ou des renforts d’infanteries sur le terrain. Ce soutien ne sera probablement pas négligeable et devrait vous sortir de bien des embûches. Il vous faudra également amasser des ressources afin d’alimenter son effort de guerre (sous forme d’objectifs à réaliser). Matériel médical, carburant, nourriture, tout ce qui pourra l’aider. Ceci pourrait être utilisé comme monnaie d’échange afin de débloquer des améliorations de votre matériel et de vos compétences.

Infiltration par les airs, discrétion assurée !

Obtention d’intel :

Afin d’augmenter vos chances de réussite, n’hésitez pas à mettre à profit les informations que vous obtiendrez durant vos excursions. Vous trouverez de nombreuses sources exploitables, lieutenants à interroger, ordinateurs à fouiller, dossier à éplucher. En fonction de vos préférences, choisissez le type de données que vous souhaitez extraire parmi des missions pour la rébellion, des ressources ou du matériel pour vos armes ou vos compétences. Vos objectifs seront divers et variés et vous n’aurez que l’embarras du choix. Bien évidemment, si vous décidez de ratisser tout le pays afin de prêter mains fortes à ces habitants, vous allez reproduire les mêmes gestes à de nombreuses reprises. Néanmoins, les situations pour atteindre vos cibles seront constamment différentes.

Les Ghosts n’ont jamais froid…

Terrain d’action :

Autant vous prévenir de suite, cette opération va durer un certain temps (variant de 30 à 50 heures et plus). Vous allez parcourir l’immensité du pays dans son intégralité et admirer de merveilleux paysages. Malheureusement vous ne pourrez pas jouer les touristes et prendre de quelconques photos, pour des raisons évidentes de sécurité (mais dommage pour les joueurs). Même si vous êtes libre d’aller où bon vous semble, il vous faudra suivre un cheminement assez précis pour démanteler le cartel. Vous ne pourrez pas choisir n’importe quelle région de votre choix, ceci afin de respecter les priorités des grands pontes. Cela ne vous empêchera pas d’aborder vos objectifs comme vous le souhaitez. À vous de voir si la furtivité est de rigueur (préférable dans la plupart des situations), où si rentrer dans le tas est la meilleure stratégie (pas dit d’en sortir vivant). Le cartel a des moyens colossaux à sa disposition, les hommes de mains qui le compose sont très bien entraînés et ne vous laisseront aucun répits.

Des vues à couper le souffle

Menaces et équipement à prévoir :

Si l’intelligence et la tactique des soldats sicarios ne vous piègent pas, la force armée Unidad est une autre affaire. Ces hommes lourdement équipés sont la solution gouvernementale pour endiguer la prolifération de la drogue. Les États-Unis n’étant pas officiellement engagé dans ce conflit, vous serez perçu comme un ennemi et pris pour cible à vue (sans compter la corruption au sein de l’unité). Surtout gardez profil bas face à ces individus, d’autant que quatre niveaux d’alertes amèneront des renforts en continue si vous jouez les fortes têtes. Pour parvenir à résister à toutes ces menaces, votre inventivité ne sera pas de trop. Vous pourriez, par exemple, avoir un de vos hommes dans le coffre d’un véhicule qui tire sur vos assaillants pour faciliter votre fuite. Vous serez également munis des dernières technologies, tel que le drone de reconnaissance. Cet appareil volant télécommandé permet de reconnaître toute cible armée dans son champ visuel. Cet outil est vital pour des infiltrations réussies. Pour finir, n’oubliez pas Ghost Recon, vos aptitudes de furtivité sont votre atout pour cette opération. Si vous êtes pris par l’ennemi, le gouvernement niera avoir eu connaissances de vos agissements. Bonne chance !

On a oublié l’appareil photo les gars !

Notation : Silver Star

Voilà qui devrait vous donner un avant-goût de l’ambiance que peut proposer Ghost Recon Wildlands. Le jeu prend tout son sens quand il est joué en coopératif avec vos amis. On se plonge littéralement dans la peau de son personnage en adoptant un comportement très militaire. Ainsi les tirs synchronisés et les réanimations de coéquipiers deviennent un pur plaisir. Le scénario, bien que classique, est particulièrement bien écrit (ainsi que les dialogues). Sur le terrain, chaque cible abattue, ennemi repéré ou arme rechargée est précisée automatiquement par les voix des membres de l’équipe (ce qui casse un peu le plaisir de la communication). Cependant, il faut encore supporter de nombreux défauts pour le moment. Des bugs parfois assez pénalisant qui peuvent vous plomber une mission. Visuellement, la version Xbox que nous avons testé souffre de tearing et de clipping de certains détails (végétation, animaux). Néanmoins, ces imperfections n’ont pas trop gâché notre plaisir de jeu, elles devraient être progressivement corrigés dans les mises à jour à venir.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :