La Critique : Pankapu

PC, Mac, PS4, XONE et Switch – Solo – Plateforme 2D – Two Kind Studio

Le jeune studio Two Kind, signe ici sa première œuvre. Un jeu vidéo de plateforme et d’aventure, qui n’en reste pas moins (de part sa direction artistique) une œuvre dans son ensemble. Pankapu se présente comme tel, à nous de la comprendre.

Le titre français, en développement maintenant depuis près de 3 ans, vient enfin d’arriver à maturité. Le moment de rejoindre les bancs dématérialisés de nos consoles de salon, PlayStation 4 et Xbox One, ainsi que nos ordinateurs PC et Mac. Mais aussi, et ça c’était la surprise de ce début d’octobre, l’arrivée sur la nouvelle égérie de la scène indépendante, la fleurissante Nintendo Switch.

Screenshot01

Pankapu, est un jeu de plateforme dans la plus pure tradition 2D. Progression linéaire de gauche à droite et textures disposées sur deux ou trois plans, créant ainsi un effet de profondeur. Un titre sur mesure pour la Nintendo Switch, support sur lequel nous avons testé le jeu. L’idée s’adapte très bien sûr la console de Nintendo, pour des parties chez soi, ou bien quand une soudaine envie d’évasion se fait ressentir.

Le système de jeu est orienté action, parfois un peu redondant aux premiers abords. Les animations font le job et nous captivent, nous rappelant les meilleurs titres japonais du genre. Cependant on avance à tâtons, avec la peur d’un plaisir de la découverte qui s’estompe rapidement. Il est difficile de dire pourquoi, mais c’est le sentiment qui va s’installer dans les premières minutes. Une crainte qui va se dissiper après quelques heures de jeu. En effet, le début de l’aventure peine à prendre le rythme, mais d’un coup (sans trop savoir où exactement) ça se lance et on est transporté par l’aura du titre. Comme une potion magique (dont on aurait enfin réussi à retirer ce vieux bouchon résistant), le charme s’échappe de la fiole et envahi notre esprit. Faisant une connexion immédiate avec nos vieux souvenirs, de la grande époque des jeux de plateforme 2D de la Super Nintendo ou  PlayStation.

pankapu-the-dreamkeeper-140431-3205072

Le jeu n’est pas parfait, mais il a son charisme et son style. Il a sa force et aussi ses faiblesses, comme une difficulté en dent de scie. Certains niveaux se font avec aisance et d’autres proposent beaucoup trop de zones étriquées, d’ennemis en surnombre. Une progression de la difficulté assez inégale, voilà le gros soucis du jeu et qui entache le plaisir de progression. Certains niveaux donnent l’impression d’avoir plus de points de sauvegarde, que de « collectibles » à récupérer. Peut-être que les développeurs se sont aperçus tardivement de l’exigence de certains passages, mais au lieu de les ajuster ils ont simplement mis quelques rustines avec l’ajout abusif de « checkpoints ». Peut-être ce n’est pas le cas, mais en tout cas c’est l’impression que cela donne. Cependant, après quelques tentatives, on comprend la mécanique, on mémorise les séquences comme au bon vieux temps et on peu enfin progresser.

Bien que quelques phases souterraines peu éclairées sont parfois trop nombreuses, l’ensemble des décors sait se renouveler. Même après plusieurs heures et une progression avancée, le jeu sait encore nous étonner en nous proposant de nouveaux visuels, qui parviennent à séduire notre rétine.

pankapu-the-dreamkeeper-140431-1399652

Note : 6/10 BIEN, MAIS PEUT MIEUX FAIRE

Le premier Titre de Two Kind Studio est enchanteur, une véritable « Madeleine de Proust » qui nous renvoi à nos souvenirs d’époque (pour ma part sur Super Nintendo, avec du Yoshi Island ou Donkey Kong Country). Même si au début de l’aventure, beaucoup de craintes se matérialisent, peut-être à cause du très bel aspect visuel que le titre propose (qui est un peu trop beau pour être vrai). Peut-être de peur, que ce ne soit qu’une illusion de quelques instants et d’être déçu. Ou alors par une difficulté mal dosée. Des doutes, qui s’effacent en persistant dans le jeu, c’est alors qu’un voyage initiatique et féerique peut commencer. Les cinématiques ont beau être courtes, l’histoire est simple et légère, tel un rêve. Malgré quelques imperfections, le jeu nous propose un voyage au travers d’un songe, le temps de quelques heures.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :