Testing Lab – NFS Payback

Testing Lab – NFS Payback

21 novembre 2017 0 Par Nicolas Balaguer

Hero_NFSPB_Story_Stills_940x528-hero

PC / PS4 / Xbox One (Testé sur Xbox One) – Éditeur / Développeur : Electronic Arts/Ghost Games – Genre:  Course – Sortie : 10/11/17 – 1 à 8 joueurs – Prix : 50-55€ – PEGI 12

Ces quelques dernières années, la licence Need For Speed a perdu de la vitesse face à ses concurrents. Forza Horizon et surtout The Crew ont pris la première place (en termes de ventes), en catégorie gameplay arcade. Ne renonçant devant rien, l’ancien roi du jeu de bagnole tente une nouvelle attaque avec Payback. Misant plus sur le scénario que le gameplay lui-même, il n’hésite pas à reprendre les techniques de ses adversaires pour passer en pôle position. A t-il vraiment l’étoffe d’un champion ? Non, mais on vous explique pourquoi ci-dessous.

S’inspirer des jeux qui ont marché, c’est bien, mais encore faut-il le faire correctement. Le titre d’EA pompe globalement toute la formule de The Crew, sans aucun artifice ou camouflage. Tout y est, le système de niveau des voitures, du personnage, les pièces d’amélioration à débloquer dans des épreuves, ainsi que les différents types de véhicules (course, offroad, drift etc). Seule touche personnelle ici, nous n’incarnons pas un seul protagoniste mais trois. Chacun a ses spécialités, Tyler gère les courses classiques et celles de dragsters. Mac c’est le offroad et le drift, tandis que Jess a le rôle du Transporteur/Babydriver.

NFS-Payback-Story-2

Les épreuves s’enchaînent en fonction des événements scénaristiques, chaque victoire débloque des dialogues permettant d’en apprendre plus sur l’intrigue. Pour la petite histoire, une bande de caïds de la route se font piéger par une organisation criminelle et cherche à se venger. Rien de bien original, d’autant que les dialogues et les personnages n’ont rien de bien passionnant. Seuls deux d’entres eux sortent du lot, le gambler et Jess. Le gambler aide la fine équipe à faire tomber les méchants pas beaux, il est drôle et mystérieux (avec évidemment un twist à la fin…). L’oscar de la meilleure actrice revient à Jess, qui tient le rôle le plus intéressant (aussi bien dans ses dialogues que le gameplay lui-même).

Cette jeune femme pourrait être comparée au Babydriver (film que nous vous conseillons si vous ne l’avez pas vu), la badass qui ressemble à une petite fille innocente. Sous ce visage d’ange se cache une folle du volant, qui aime vivre dangereusement. Ses missions sont l’aspect le plus intéressant du jeu, les courses poursuites. C’est elle qui défonce les flics et autres véhicules qui lui cherchent des noises, à grand coup de takedown. Même si l’action n’est pas aussi fun qu’un Burnout (dégager un véhicule est long et fastidieux), on s’amuse malgré tout en lâchant toute l’agressivité possible sur les ennemis. Les missions de ce style sont renforcées par des effets purement hollywoodiens, aussi surréalistes que fun.

need_for_speed_payback_gamescom_screen_6

Globalement, il aurait fallu que le jeu reste dans ce ton tout du long pour véritablement se démarquer (un peu comme l’avait fait NFS Most Wanted 1er du nom). En l’état il reprend les codes vus et rerevus en pompant les idées des autres. Voici un petit classement des disciplines du jeu, dans l’ordre dans lequel nous les avons le plus appréciés : 1 – Jess et ses courses poursuites (cf ci-dessus) 2 – Offroad ; proposant des sensations de glisses assez réussies (malgré un comportement de conduite mal foutu) 3 – Courses classiques ; qui font le job (encore heureux…) 4 – Dragster ; on est plus focalisé sur la jauge d’accélération pour passer ces vitesses qu’autre chose, pas passionnant… 5 – Drift ; faire des points en cramant ses pneus est réservé aux amateurs du genre. Cette épreuve est parfois un vrai calvaire, mais devient plus intéressante en progressant dans le jeu.

Il vous faut affronter une à une, une vingtaine d’événements propres à chaque catégorie (divisés par phases de 5-6 missions). Impossible de passer outre si certaines ne vous intéressent pas. Pire encore, la progression nécessite de refaire les missions, afin de cumuler suffisamment d’argent et des améliorations pour la suivante. Vous pouvez toujours tenter de passer sans avoir le niveau de véhicule recommandé (cela crée un challenge bienvenu en mode normal), mais ça passe ou ça casse (cela dépend de l’épreuve et de vos skills de joueur).

Need for Speed Payback_Bring Down The House_1080p_clean = R34GTR_screenshot4_1080

Le contenu principal du titre d’EA laisse donc à désirer, à tel point que nous allons vivre un nouveau rétropédalage (de la même façon que Battlefront II). Une mise à jour va permettre de gagner plus d’argent et de réputation, afin d’atténuer l’aspect redondant de la campagne. Les éléments secondaires sont également affectés par cette update. L’open world offre un tas d’activités (plus ou moins intéressantes), dont des challenges contre les adversaires de l’histoire. Jusqu’à l’arrivée de cette mise à jour (ensuite à nous l’argent et la réputation), la seule récompense une fois avoir battu tous les membres d’une ligue, c’est uniquement la gloire (et un succès/trophée). C’est également le cas des défis que l’on croise ici et là sur les routes (tout comme dans The Crew), qui permettent notamment de débloquer les fameuses lootbox (si cher à Electronic Arts…). Le bilan n’est donc pas bien glorieux, à tel point que l’on peut se demander si les développeurs sont eux-mêmes des gamers…

Need-For-Speed-Payback-1

Note : 6/10 PEUT MIEUX FAIRE

Heureusement que l’open world est agréable et dépaysant. Les événements se déroulent autour d’une ville similaire à Las Vegas (Fortune valley), entre les régions désertiques du Nevada et les montagnes de la Sierra Nevada (en californie). Malheureusement, la version Xbox subit un effet de clipping/pop-up assez désagréable à l’oeil. En cumulant le contenu principal redondant et le secondaire pas passionnant (vivement la mise à jour), que nous reste-t-il ? La chasse au trésor de voiture mythique ! Là encore tout droit sorti du jeu d’Ubisoft et Forza Horizon, mais cette fois-ci des indices sympathiques donnent un peu plus d’intérêt au truc (une carte ou il faut localiser soit-même une partie de la voiture). Vous avez également des caisses de contrebande qui pop aléatoirement ici et là (cela déclenche une course poursuite amusante). Cependant, une fois passé les quelques éléments intéressants du titre, on est pas vraiment motivé à y revenir. Sans compter un temps de chargement horripilant (du moins sur Xbox), de 2.35min minimum à chaque lancement du jeu (chrono à l’appui…) ! Toutefois, un bon point pour la playlist musicale et l’IA. La bande son est composée de groupe de renoms tels que Queens of the Stone Age, Bonobo ou Gorillaz. L’IA n’est pas trop agressive (sauf les flics qui sont de vrais furieux !!) et tente régulièrement d’éviter les chocs (ce qui n’empêche pas des cartons monstres). À l’arrivée, il est plutôt conseillé d’attendre ce qu’EA va faire avec le jeu avant de l’acheter (cette première update le prouve), mais nous restons à votre disposition si vous avez des questions !

Points Positifs :
– L’open World et son esthétique dépaysante
– Une IA pas trop agressive et qui évite le contact tant que possible
– Un système de pari avant les courses, permettant de gagner ou perdre de l’argent (au joueur de choisir s’il tente le pari)
– Des courses poursuites hautes en couleurs, avec des flics survitaminés à l’hormone de taureau (littéralement le taureau !)
– Les caisses de contrebande qui déclenche une alerte de police spontanément
– La playlist musicale avec des groupes de renoms (cf ci-dessus)

Points Négatifs :
– Temps de chargement à chaque démarrage du jeu (2.35min, on en revient toujours pas…)
– Conduite du véhicule mal foutu (un frein à main surréaliste qui stop la bagnole en 10 mètres, ou une latence dans les contrôles parfois frustrante sur Xbox)
– Un mode difficile trop élevé et un mode normal trop simple
– Scénario classique et personnages pas vraiment charismatiques
– Refaire des missions pour progresser (mais qui devrait être atténuée avec la mise à jour)
– Recommencer le leveling d’un véhicule à chaque nouvelle acquisition (pièces d’améliorations non compatibles entre chaque voitures…)
– Les takedown en course poursuite manquent de dynamisme et sont parfois fastidieux
– Sur Xbox il faut supporter des défauts de clipping et pop-up

Notre live de la version PC : http://k6.re/O-BIC
Page Microsoft : http://k6.re/4ULk2
Page Sony : http://k6.re/C0eWs
Page Origin (PC) : http://k6.re/tXgYo