Renegades Live Testing Labs

Testing Lab – Ni No Kuni II

ni-no-kuni-2-wallpaper

Support : PC / PS4 (testé sur PS4 Pro) – Éditeur : Bandai Namco – Développeur : Level-5 – Genre : JRPG – Sortie : 23/03/18 – PEGI 12+

L’oeuvre de Ni no Kuni est atypique des habituels JRPG. À la différence du premier épisode, celui-ci n’est plus supervisé par les studios Ghibli, cependant leur héritage s’en ressent. Nous sommes dans un univers coloré, qui nous laisse rêveur, transporter dans un monde tout aussi mignon que dangereux.

c511c1bbac51725f9a8fb4ceafe921f2_XL

L’histoire qui nous est contée est celle du jeune roi déchu Evan. Alors qu’il devait être sacré nouveau roi du royaume de Carabas, un coup d’état lui a fait perdre son père et le trône. Dans le même temps, un président d’un monde proche de notre époque, se voit littéralement téléporté dans cet univers. Deux chefs d’états, l’un par héritage mais dénué de toute expérience, l’autre par voix du peuple et confirmé en la matière. Tous deux vont partir dans un monde peuplé de dangers et de civilisations éclectiques, à la création d’un nouveau royaume.

Si le pitch est moins poignant que celui du tout premier Ni no Kuni (un enfant allait partir dans le monde imaginaire conté par sa mère souffrante, pour la sauver), il ne s’en révèle pas moins riche et baigné d’émotions fortes. L’odyssée de ce voyage est le digne héritage laissé par les studio Ghibli. On y retrouve un monde qui peu sembler aux premiers abords petits, mais qui va dévoiler toute sa richesses au fil des heures qui vont s’écouler.

ni-no-kuni-2-delayed_c3wb

Un des défauts majeurs du premier titre, était une mécanique de jeu qui devenait rapidement répétitive. Certes les combats étaient dynamiques, mais ils manquaient de variétés et l’impression de toujours faire la même chose était inévitable. Dans ce nouvel épisode, les développeurs ont tenu à diversifier et renouveler ces mécaniques de multiples façons. L’action est présente dès les tous premiers combats, mais ceux-ci seront rapidement agrémentés d’ajouts qui relanceront l’intérêt. Comme l’arrivée de petites bestioles toutes mignonnes, appelées les mousses. Elles apporteront un soutien tout particulier à vos combats. Les mousses sont des sortes d’élémentaires de la nature, ils offres des forces particulières en fonction de leur famille d’élément respectif.

Ensuite il y a un autre type de combat, stratégique celui-ci. Votre aventure vous mènera à bâtir votre royaume. De ce fait, il faudra vous battre contre des légions d’ennemis pour conquérir de nouveaux territoires. Ces combats sont axés sur une réflexion tactique. Enrôler des peuples pour vous rejoindre et combattez avec eux pour gagner de nouveaux terrains, afin d’étendre votre royaume. Ces combats disposent de leur propre caractéristiques et permettent d’offrir une coupure avec l’évolution classique de son équipe.

Autre point fort de la partie combat, cette fois-ci en équipe, c’est l’auto gestion de cette dernière. Il suffit juste de choisir un leader, que vous allez contrôler, laissez ensuite le reste de l’équipe gérer et combattre de manière automatique. Cette IA est très bien gérée et vous laissera une totale liberté de vos mouvements. Ils sauront se régénérer quand il le faut et attaquer le bon ennemi, tout en se protégeant si nécessaire. Ils font office d’un très bon support et permettent ainsi de renforcer le dynamisme de ces phases.

1481791178ni-no-kuni-2-revenant-k-584346c65ce81

Le titre de Level-5 est à la fois simpliste visuellement, tout en étant magnifique artistiquement. Cependant un choix technique discutable a divisé en 2 partie le monde que nous allons parcourir. La première est celle d’une map monde ouverte très classique, on évolue dessus de ville en point d’intérêt, avec nos personnages sous un avatar dit « super deformed ». Dans cette phase, les combats sont toujours en temps réel, on voit les ennemis avant de les affronter, mais il y a une phase de transition lorsque l’on rentre en contact avec un des monstres (comme cela est coutumier dans la plupart des JRPG). Puis lors des phases à l’intérieur de lieu dit, de points d’intérêts (grotte, rivière, forêt), on retrouve nos héros à taille normale, avec une modélisation de l’environnement plus détaillé et moins minimaliste que la version map monde ouverte. Mais le plus important, c’est que les combats dans ces zones, ne bénéficient d’aucunes transitions et ce font juste en dégainant votre lame.

Ni_no_Kuni_II_-_Gameplay_screenshot_2

C’est là, où nous nous demandons, pourquoi n’avoir pas fait tout le jeu de cette manière ? Car bien que la patte artistique soit sublime, l’environnement reste assez minimaliste et ce n’est pas un soucis technique que de tout mettre sous la même forme, celle utilisée lors des visites en villes ou dans les points d’intérêts spécifiques. Les transitions avant et après les combats cassent le rythme. C’est bien dommage, d’autant que c’est proposé ainsi dans une partie du jeu, de ne pas avoir de rencontre direct, sans aucune coupure dans l’action. Cela devient pénible, lorsque nous souhaitons juste passer quelques heures à enchaîner les combats, pour gagner en expérience. Cela reste cependant un des rares défauts de l’oeuvre dans son ensemble.

NinoKuni_II_Gamblor

L’écriture est propre, certaines quêtes sont plus passionnantes que d’autres et même s’il y a quelques cinématiques, elles sont très courtes. Le jeu est soutenu par une excellente bande sonore. À l’image du reste, des notes basiques mais qui donnent un sens fort aux moments importants. Le doublage, lui, est en anglais et seul certaines scènes en bénéficient de manière continue. La plupart du temps, les personnages s’expriment par une expression courte et le reste de leur dialogue est à lire. Il y a cependant une différence de qualité entre certaines scènes narratives. Les dessins des personnages sont parfois plus grossier, les traits sont grossis. Cela doit être due à la différence entre les cinématiques en dessins animés et les phases de jeu utilisant le moteur cell-shading.

PREVIEW_SCREENSHOT10_152774

Note : 7/10 BON
« Un JRPG magique, qui nous évade quelques heures, vers un conte simpliste mais poignant ».

Le monde est magnifique, l’histoire touchante et intrigante, bien que certaines quêtes sont un peu moins passionnantes que d’autres. Le monde n’est pas si vaste, mais il est très détaillé et chaque zone est différente de la précédente. Un véritable voyage s’offre à nous, découvrant de multiples civilisations, cultures, le tout en donnant une forme d’espoir. Comme si chacun y mettrait du sien, un monde meilleur pourrait voir le jour, le tout sous les yeux d’un enfants encore naïf, mais plein d’espoir et surtout déterminé à créer un royaume aux millions de sourires.

Les points positifs :
– L’univers captivant.
– La narration et le récit.
– La bande son réconfortante.
– La variété des combats.

Les points négatifs :
– Deux choix techniques (map monde et points d’intérêt), alors que tout pourrait tenir en un seul.
– Des transitions de combats (map monde) qui fatiguent.
– Quelques quêtes ennuyeuses.
– Une différence de dessin entre certaines cinématiques.

Page Steam : https://goo.gl/sgcPyS
Page Playstation : https://goo.gl/Lu8RaR

Laisser un commentaire