La Critique : Far Cry New Dawn

Comme pour les précédentes générations de Far Cry, Ubisoft propose son extension en « stand alone » de Far Cry 5. Sous titré New Dawn, le jeu est une suite direct de l’aventure à Hope County, pour beaucoup c’est à la fois la suite et le jeu de trop de la licence. Si vous n’avez pas terminé le cinquième opus, cette critique risque de vous spoiler la découverte du jeu et notamment sa fin.

Support : PC, PS4 et Xbox One (joué sur PC via Shadow) – Editeur : Ubisoft – Développeur : Ubisoft – Genre : FPS – PEGI 18+

 

Lorsque nous avons reçu Far Cry New Dawn, les critiques peu élogieuses pleuvaient un peu partout sur internet. Ce qui n’était pas rassurant, car même si notre rédacteur qui avait pu jouer au cinquième épisode de la franchise l’avait trouvé bon, la rédaction se rangeait plus du côté d’une déception généralisée. Ce qui était mon cas, de ce fait j’espérais que ce nouveau titre allait corriger les erreurs du passés. C’est avec une certaine appréhension que nous allons commencer ce Far Cry, mais la finalité nous prouvera que les goûts et les couleurs ne sont pas les même pour tous, nous avons les bons et eux les mauvais.

 

Far Cry New Dawn est la suite direct de Far Cry 5, les événements se déroulent 17 ans après l’effondrement. Comme le trailer d’annonce d’Ubisoft qui nous spoile la fin du précédent Far Cry, si comme moi, vous ne l’aviez pas terminé. Un hiver nucléaire s’est abattu sur le monde. La position géographique de New Dawn est la même que Far Cry 5, le Montana et plus précisément Hope County. Il s’agit donc de la même carte de jeu qui va être utilisé dans ce nouveau titre. Ceci dit, la surface semble plus petite, comme s’il avait été miniaturisé, ou alors ce sont les objectifs qui s’y trouvent qui sont beaucoup moins nombreux et donnent cette impression.

 

 

Bien que les crédits soient aussi long que ceux d’un triple A d’Ubisoft, ce Far Cry New Dawn n’en est pas un. Il s’agit d’une extension en « stand alone » de la cinquième génération de Far Cry. Sa profondeur est réduite, en terme de contenu, d’interaction et d’exploration. Le jeu ne comporte que 22 missions principales, 8 annexes et 21 expéditions qui vous mèneront hors de la carte du jeu. Même si vous prenez le temps de le faire à 100%, vous allez atteindre au maximum la trentaine d’heures de jeu. Sur notre partie, entièrement visible en stream, nous comptons un run de 17h pour 93% du jeu couvert. Ce qui nous reste ce sont les défis et la re-re-capture des avants postes.

 

C’est le jeu qui prône l’écologie, non pas seulement pour l’environnement très vert qui reprend ses droits sur les terres désolées post-apocalyptique, mais aussi pour la réutilisation des mécaniques de jeu. Si la légende de la carte vous affiche bien 30 avant-postes à récupérer, il s’agit en réalité d’une dizaine, qu’il faudra re et encore re capturer. Chaque avant-poste est capturable trois fois de suite. Ces endroits seront votre plus grand revenu d’éthanol, la ressource majeure du jeu qui vous permettra d’améliorer votre base. La difficulté augmentera à chaque nouvelle capture de ces lieux.

 

 

Les mécaniques du jeu sont similaires à celles de Far Cry 5, mais à l’image de ce « stand alone », simplifiées et beaucoup moins ambitieuses. Il s’agit toujours de récupérer des points de compétences en terminant des missions ou en effectuant des actions précises. Cela vous permettra de faire évoluer les caractéristiques de votre personnage. Là où cela est plus simple, c’est que les différentes classes n’existent plus. Il n’y qu’une seule manière pour vous d’aborder la partie. D’ailleurs c’est le jeu qui va déterminer votre approche de l’aventure. Le titre d’Ubisoft se divise en trois tiers, avec une partie exploration, une autre action et une dernière, qui restera anecdotique, basée sur l’infiltration. Durant cette phase nous sentons que les concepteurs l’ont expédié. Elle est beaucoup plus rapide et moins fournie que les deux premières.

 

Une nouvelle composante fait son apparition dans le gameplay, celle de pouvoir améliorer son camp de base. Pour ce faire vous allez devoir récupérer différentes ressources en explorant les avant-postes ou la forêt. La base pourra évoluer en trois paliers, vous donnant accès à de nouvelles compétences rangées par niveau sur une échelle de quatre. Que ce soit pour l’armement, les soins, la santé, la téléportation, la recherche ou les déplacements avec les véhicules. Cela renforce l’aspect “RPG” ancré dans la série depuis Far Cry 3. D’ailleurs ceux qui s’en offusque ce jour, n’ont pas joué où ils ont oublié les mécaniques des précédents jeu de la série. Bien que votre personnage ne dispose pas d’expérience qui le fera monter en niveau et en puissance, ce système remplacera cette habituelle mécanique avec ingéniosité.

 

 

Un des éléments clés de la licence, c’est son écriture, surtout depuis que les méchants ont pris le premier rôle dans l’histoire. Dans Far Cry 5 nous pouvions y découvrir Joseph, le prophète salvateur de la secte du coin. Dans New Dawn, c’est un plot twiste très intéressant que le jeu va opérer et donc, nous allons rester très discret pour vous en laisser la découverte. Deux nouvelles méchantes, font leur entrée en les personnes de Mickey et Lou. Elles sont autant charismatiques qu’impitoyables. Le récit est bien amené, avec une narration cohérente dans les deux premiers tiers du jeu. À la fin du deuxième, de nombreuses révélations se font et cela nous absorbe encore un peu plus dans l’histoire. Mais cela disparaît dans le dernier tiers, qui semble être très expéditif. Le jeu vous poussera à réfléchir avec quelques choix cornéliens, qui n’auront d’impact que sur votre conscience et non sur le fin mot de l’histoire.

 

L’environnement propose une version intéressante du post-apocalyptique, moins Mad Max style, avec une réappropriation très marquée de la nature, un peu trop même pour être cohérente avec l’histoire. Rappelons que l’action se déroule 17 ans après la chute des bombes atomiques. Alors s’il est logique que les plantes puissent pousser dans ce laps temporelle, la grandeur des sapins qui auraient dû être irradiés et plus discutable. La carte propose 3 type d’environnements différents, mais dans l’ensemble tout est très similaire. Les vestiges de l’homme sont assez rares et se limites à quelques fortifications de certains avant-postes. Cependant, la direction artistique apporte une personnalité qui démarque ce Far Cry New Dawn de Far Cry 5. Les tons de couleurs flashy, rose, vert et jaune, les installations neo punk et ce filtre rose fluo qui nous accompagne donnent le ton à l’univers. Certes sans nous rappeler le futur Rage 2 dans sa charte graphique, qui pour nous joueurs, a été annoncé bien avant même Far Cry 5. Si bien qu’on se garde de savoir qui des deux studios à eu l’idée en premier, cela rend une impression de manque d’inspiration pour Ubisoft. Il faudra avoir jouer en profondeur au jeu de Bethesda pour savoir qui l’utilise au mieux. Bien que les décors offrent peu de diversités, les jeux d’ombres et de lumières, dans un univers très végétale est plaisant de long en large, sur la totalité de notre aventure.

 

CONCLUSION : 7/10 BON

Ce Far Cry New Dawn est très intéressant, car nous sentons bien que la licence arrive à bout de souffle. Néanmoins il nous réconcilie avec, nous donnant envie de reprendre Far Cry 5 et de le terminer. Alors que ce dernier nous avait rebuté dans la première dizaines d’heure. Bien qu’arrivé après Far Cry 5, New Dawn en est peut-être sa préface, mais la licence devrait ensuite prendre un repos bien mérité.

Points positifs :

– La direction artistique
– Le système de compétence plus clair
– L’histoire
– Une difficulté mieux équilibrée
– La sélections des musiques en voitures
–  Le système d’évolution

Points négatifs :

– Peu de missions et de quêtes secondaire
– L’IA toujours à la ramasse
– Les boss en mode normal qui sont pas très coriaces
– Les phases en voitures difficile à prendre en mains

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :