Judgment : premier contact avec l’après Yakuza

Scroll down to content

Annoncé lors du Tokyo Game Show 2018, le nouveau jeu de Ryù ga Gotoku Studios a surpris les joueurs, c’était une des grosses annonces de la conférence Sony. La surprise venait du fait qu’il ne s’agissait pas d’un nouvel épisode ou remake de la série Yakuza, mais d’une nouvelle licence. Cependant la comparaison avec la précédente série est indéniable, tant il y a de similitudes.

Support : PlayStation 4 – Éditeur : Sega – Développeur : Ryù ga Gotoku Studios – Genre : Action et Aventure – Sortie : été 2019 (dispo au Japon)

Lors du K-Day nous avons pu nous essayer à Judgment quelques minutes. Une rencontre très courte de 15 minutes où il sera difficile de se forger un premier avis, mais qui nous permettra déjà de voir comment le jeu se positionne vis à vis de la saga Yakuza.

 

 

De prime abord, sur la forme, tout fait penser à Yakuza sauf le protagoniste principale. La direction artistique et les environnements sont à l’identique de ceux que l’on peut retrouver dans la licence d’origine. Normal, puisque l’action se déroule toujours à Kamurocho et c’est le Dragon Engine qui porte la production. À la toute petite différence, les Yakuzas n’étaient pas de la partie.  Bien que la frappe soit toujours une option envisageable, le titre tente une approche beaucoup plus cérébrale. C’est sur ce dernier point que la démonstration mettait l’accent.

 

 

Vous allez incarner Takayuki Yagami qui est un ancien avocat devenu détective privé. L’histoire va mener le personnage sur une enquête d’une série de meurtres, qui semble liée à l’affaire qui l’avait fait radier du barreau. La partie que nous avons joué nous présentait des mécaniques d’enquête et d’infiltration. Il nous fallait d’abord identifier une personne, puis la prendre en filature. Ce qui consistait à ne pas être vu en se cachant au bon moment derrière le mobilier urbain.

 

 

Pour le moment les outils de l’interface permettant de rechercher une personne (comme un objet), sont assez grossier. Dans ces conditions difficiles de se tromper, c’est peut-être tout le but de l’opération, mais ça manque de finesse et de liberté d’action. Cependant le jeu est comme ses prédécesseurs de la saga Yakuza, magnifique. Ce qui renforce la partie “où est Charlie” avec la recherche de personnes, ou d’objets dans des environnements très détaillés. Pour le côté action, c’est du Yakuza, pur et dur. Les finish moves, ainsi que les jauges de mouvements contextuelles sont toujours de la partie. Pas de grand chamboulement à ce niveau.

 

En résumé :

 

Il est difficile sur ce court temps de jeu, de savoir si oui ou non le jeu arrivera-t-il à se détacher de Yakuza. De nombreuses similitudes ressortent, le gameplay, le lieu et le moteur font qu’il est impossible de ne pas y penser. Cependant le scénario fera toute la différence, avec un univers qui tend plus vers le polar (avec une écriture plus noire). Les personnages aussi semblent proposer un charisme particulier, qui les rendent très attachant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :