La dernière exclusivité de Sony était attendue depuis près de 3 ans, depuis cette fameuse démo de l’E3 2016. On pouvait y voir un raz-de-marée de zombies déferler sur le personnage. De ce côté-là le jeu colle parfaitement à ce qui était présenté. Ces hordes de monstres sont le challenge le plus intense du jeu, flippe comprise. Le titre ne se limite pas à ça pour autant, nombres de surprises et d’histoires viennent agrémenter l’expérience de jeu. Malheureusement, il faut pour le moment supporter un florilège de bugs. Malgré plusieurs patchs, le gameplay est encore truffé de désagréments. Il est conseillé d’attendre une version corrigée, afin de pleinement profiter de l’aventure. En attendant, nous vous proposons de partir pour une balade au cœur de l’Oregon.

Support : PS4 (joué sur PS4 classique et pro) – Éditeur : Sony – Développeur : Bend Studio – Genre : Action-aventure – PEGI 18+

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit.

Cela fait 868 jours que nous survivons à la fin du monde. Plus de 2 ans que nous n’avons pas la moindre idée de ce qui s’est passé, si le pays et les autres continents sont dans le même état. Notre univers est désormais limité à l’Oregon, dans la région autour de Crater Lake et la ville de Bend (là où se trouve le studio de développement). Une chose est sûre, notre camp n’aurait jamais survécu aux récents événements sans l’intervention de Deacon St John. Ce biker et son frère d’arme Billy sont arrivés chez nous malgré eux. Ils s’étaient pourtant jurés de ne plus jamais prêter mains fortes à une communauté, mais la vie en a voulu autrement.

Pour ces deux là, les choses se sont compliqués à partir du 730e jour après l’infection. Une attaque de ripper qui a mal tournée à priori. Ces fanatiques religieux sont complètement tarés, ils estiment que le virus qui a transformé l’humanité est une bénédiction. Ce ne sont malheureusement pas les seuls à avoir un pet au casque, entre les anarchistes, les fous dangereux évadés de prisons et j’en passe… les humains sont devenus plus menaçant que les monstres eux-mêmes…

Deacon (Deek pour les intimes), a progressivement découvert plusieurs races de créatures. La plus commune reste le Swarmer, qui s’attaque à toute forme de vie, parfois même à ces congénères. C’est eux qui se regroupent parfois en une horde de plusieurs centaines d’individus. C’est la plus grande menace qu’un survivant peut rencontrer, si l’un d’eux vous détectent tous les autres vous foncent dessus tel un essaim d’insectes. Il y a également les Breakers, des armoires à glace boostés aux stéroïdes, qui peuvent vous assommer d’un seul coup de poing. Les screamers sont des femmes qui exploitent ce qui leur reste de cordes vocales. Un seul de leur cris peut vous faire perdre l’équilibre et attirer tous les swarmers du coin. Même les animaux sont impactés par les mutations, les ours, les corbeaux, les loups. Ces derniers sont appelés runners, ils sont capables de courir à plus de 100km/h !

Même à moto avec les gaz à fond, la bestiole peut vous rattraper et vous désarçonner de votre monture. Quasiment tout le monde se déplacent en deux roues désormais, mais pour Deek c’est sa deuxième nature. Normal me direz-vous, c’était un biker renommé avant la catastrophe. Il a pu se construire une puissante cylindrée, au fil du temps. La mécanique n’ayant aucun secret pour lui, il peut réparer l’engin en cas de coup dur (moyennant les ressources nécessaires). Heureusement que la région regorge encore de carburant, sans quoi il serait impossible d’avaler les nombreux kilomètres à parcourir.

Deek a réalisé une multitude de tâches et de services à travers la région. Nettoyer des camps de maraudeur sans foi ni loi, tuer ou capturer vivant des personnes bien précises, ou encore enflammer des nids de monstres. Les swarmers ont deux points faibles, la chaleur et la lumière. Si une journée est trop ensoleillée, les créatures se réfugient généralement dans des abris (à quelques exceptions prête). L’occasion parfaite pour débusquer leurs refuges, à grands coups de cocktails molotov. À contrario, la nuit ou la pluie les renforcent et ils sont souvent plus agressifs dans ces conditions. Deacon nous a appris qu’il était préférable d’adapter nos activités en fonction de la météo.

Peu de gens au camp connaissent vraiment le passé de Deek. Il semble que sa femme ait disparu le jour de l’apocalypse, qu’il cherche à savoir ce qui lui est arrivé. Certaines personnes disent qu’il serait en contact avec le NERO. Cette ancienne agence gouvernementale semble toujours active aujourd’hui et tente de trouver les origines du virus. D’autres disent que le NERO est aux commandes de projets bien plus dangereux qu’il n’y paraît, mais ce ne sont probablement que des ragots… toujours est-il que les services de Deacon sont demandés dans tous les camps du secteur. Ses compétences de pisteur et son don pour attaquer les ennemis sans être vu, sont très appréciés par les communeautés survivantes. S’il le souhaite, il pourrait bien être en mesure de pacifier complètement la région !

CONCLUSION : 8/10 TRÈS BON

Le contenu de Days Gone est suffisant pour justifier cette note. Les missions sont nombreuses et variées, de quoi passer des dizaines d’heures de jeu sans voir le temps passer. Les effets sonores et les musiques sont travaillées, permettant une parfaite immersion. L’ambiance est réaliste, les dialogues soignés (en VF comme en VO), on conseillera tout de même les voix anglaises, pour une meilleure synchro labiale. Le titre de Bend Studio aurait pu faire un sans faute, s’il n’était pas aussi bugué… Le jeu a été testé sur PS4 classique, majoritairement sur la version 1.07. Au programme : baisse de framerate intempestives (généralement pendant les phases à moto), bugs de collisions, ennemis intouchables en attaque furtive ou aveugles (et encore bien d’autres…). Encore une fois, il est vivement recommandé d’attendre une version pleinement corrigée avant de savourer l’aventure de Deacon St John.

Points positifs :
– Ambiance musicale et sonore
– Dialogues
– Animations et comportement moto
– Expressions faciales
– Level Design et surprises de la map
– Durée de vie

Points négatifs :
– Encore trop bugué en version 1.08
– IA incapable de réagir face à un cadavre
– Spatialisation du son souvent mal rendue
– Menu bague galère à utiliser

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :