Fire Emblem – Three Houses, une partie à trois

Scroll down to content

Voici la « petite » critique de Fire Emblem: Three Houses, écrite par Manuela DS, qui nous a gentiment autorisé à publier le tout sur notre site rédactionnel. On vous précise donc à cet effet, qu’il ne s’agit en aucun cas d’un « test », mais plutôt d’un avis subjectif, basée uniquement sur son ressenti personnel ! À partir d’ici, le tout est à la première personne et sort de la bouche (enfin du clavier) de Manuela !

Support : Switch – Editeur : Nintendo – Développeur :  Intelligent Systems – Genre : Tactical RPG  Sortie : 26/07/19 – PEGI 12+

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit.

Tout d’abord, je pense qu’il est essentiel d’étayer mon passif avec la série, afin de mieux comprendre sur quoi se base mon expérience et la légitimité de celle-ci : Je joue aux Fire Emblem depuis 10 ans environ, ayant commencé avec Path of Radiance sur Gamecube (le premier épisode avec Ike, qui reste encore aujourd’hui mon Fire Emblem favori…) et les ayant tous terminés depuis (sauf le 4 auquel je n’ai pas eu le loisir de jouer, vu qu’il n’est trouvable qu’en émulation).

 

Concernant Three House, en tant que grosse fan de la saga et bien… je suis… mitigée… Et comme d’habitude, je ne sais par où commencer… Il m’est très difficile de parler de ce Fire Emblem, étant donnée sa densité, mais je vais tout de même essayer. Ce qu’il en ressort pour moi, c’est avant tout le sentiment d’un immense potentiel gâché. Ce jeu essaie de redonner un coup de neuf à la série, sans pour autant la révolutionner, un peu à la manière d’Awakening en son temps, mais force est de constater que si l’intention est louable, c’est un échec de ce côté-là.

 

Ça ne fonctionne tout simplement pas.

 

Ce que l’on nous propose et qui est d’ailleurs énormément mis en avant dans les tests, c’est cet aspect faussement « persona like », avec le côté « école » « activités » et « calendrier à gérer ». Sur le papier, l’idée était excellente pour apporter un nouveau souffle à la série en lui conférant une touche de modernité, propre à l’une des meilleures séries de JRPG du moment (LA meilleure à mes yeux d’ailleurs et il n’y a même pas à discuter là-dessus !). Malheureusement, ça ne fonctionne pas. La raison principale étant le fait que, dans Persona, on JOUE réellement chaque jour du calendrier ! Ici, ce n’est pas le cas… on ne joue réellement que quatre jours par mois sur le calendrier (les dimanches) et il ne se passe RIEN dans la semaine en dehors de cela, hormis les tutorats qui représentent eux aussi quatre jours dans le mois. Nous avons donc… 9 jours sur 31 qui sont réellement utilisés (un jour pour la bataille finale de fin de mois, élément repris de Persona également, mais surtout de Valkyria Chronicles.).

Il y aurait pourtant eu TELLEMENT à faire pendant ces 22 jours inutilisés !

 

Très vite le monastère, qui fait office de « hub » montre également ses limites. Si encore une fois l’idée de faire une académie militaire était sympa sur le papier, elle se révèle être mal exploitée là aussi. On est loin de l’effervescence de la sympathique classe G de Valkyria Chronicles 2, parce qu’étant donné qu’il me FAUT en parler, pour moi, l’argument « de vente » Persona, ne tient absolument pas debout. De par son thème et son rendu visuel, le jeu est bien plus proche d’un Valkyria Chronicles 2. Mais en moins bien.

 

Pourtant, on avait beaucoup moins l’occasion de se « balader » dans l’académie, comme ça peut être le cas ici. Mais cela signifiait aussi moins de quêtes « FEDEX » à la con qui cassent le rythme et de devoir parler à des PNJ inintéressants au possible…

 

De même, l’aspect « scolaire » était beaucoup mieux retranscrit dans Valkyria 2. On y incarnait un élève et il fallait compléter PLUSIEURS missions pour que celle de « fin de mois » s’ouvre. De plus, l’aspect calendaire, s’il était plus anecdotique (on ne jouait pas « en jours réels »), était également mieux géré, puisque l’on voyait les saisons passer et que chaque mois avait son petit « événement » pour apporter plus de crédibilité à la chose. Par exemple, on avait de la neige sur l’académie en hiver, des feuilles mortes en automne et un « event » piscine en été. Ça rendait le tout beaucoup plus VIVANT que ce maudit monastère tristounet et figé… Et oui, rendre un environnement CRÉDIBLE, ne tient qu’à cela finalement…

 

Alors si tu veux surfer sur la tendance Persona, fais-le bien quoi. Pas de la copie cheap made in China…

Je vais ensuite aborder l’aspect « choix de la maison », que je trouve particulièrement « débile » dans son exécution.

 

Encore une fois, paf, typiquement le genre d’idée excellente sur le papier. Comme dans Fates, on nous donne l’occasion de choisir entre plusieurs factions ; trois dans le cas de Three Houses, ce qui représente une faction de plus que Fates, quand même. Ce n’est pas souvent qu’on nous offre l’opportunité de faire un tel choix et c’est donc une attention plus que louable qui implique et responsabilise d’emblée le joueur.

 

… Oui, mais voilà, comme dans Fates, Nintendo commet l’erreur de nous présenter ce choix de manière beaucoup trop PRÉMATURÉE !!! (et encore, dans Fates, on avait IMMÉDIATEMENT droit à deux aventures DIFFÉRENTES, de part les événements et les maps effectuées…)

 

En effet, on exécute ce choix DÉFINITIF, donc, dans les premières minutes de jeu, au moment où l’on a qu’un aperçu très superficiel des personnages… et comme dans Fates, on est amené à se baser uniquement sur le chara-design pour effectuer notre choix… ce qui est tout de même très, très con, sachant que les trois histoires (+ une « cachée ») disposent de trois scénarios différents à compter de la seconde partie du jeu ! Si bien que l’on ignore où on va mettre les pieds… Je simplifie à l’extrême, mais clairement avec l’une des factions on en vient à aider les méchants ! Alors ok, cool, c’est bien de pouvoir le faire clairement, mais de SAVOIR qu’ils l’étaient dès le départ aurait été super aussi, afin d’orienter notre choix ! Bon, vous allez me dire « mais ça aurait gâché la surprise ! » chose que je peux parfaitement entendre, mais dans ce cas, on aurait pu avoir quelques indices juste pour nous aider à orienter notre choix…

De même, ce choix à un stade aussi peu avancé du jeu pose un autre problème : il y a en effet un « tronc commun » à toutes les « équipes » : la première partie du soft. TOUTE cette première partie est la MÊME pour les trois maisons, on y fait donc les mêmes missions dans le même ordre, ce qui est d’une connerie sans nom (genre, la première mission, c’est TOUJOURS la bataille contre les deux autres maisons etc..)… Si Nintendo tenait à rester sur cette idée de « tronc commun », il aurait mieux valu justement nous permettre de CHOISIR avec quelle équipe nous souhaitions faire telle ou telle mission, ce qui, à terme, aurait pu orienter notre choix FINAL, en nous aidant à mieux connaître chaque élève…

 

… Ce qui soulève à nouveau un problème : les élèves se ressemblent « trop ». Pas forcément au niveau de leur personnalité ou de leur design, mais plutôt au niveau de leurs classes. En effet, quelle que soit la maison choisie on aurait TOUJOURS au moins :

1 palouf (cavalier)
1 soigneur
1 mage
1 archer

Vive l’originalité, putain. Après, on te dit clairement que telle maison est + orientée « magie » ou « unités montées », mais c’est de la connerie, parce que tu as quand même ce schéma d’archétype qui se répète. Et justement, parlons-en des classes ! Elles sont extrêmement LIMITÉES en nombre, c’est peut-être le fire emblem où il y en a le moins et surtout, elles n’ont AUCUN SENS ! À titre d’exemple, les classes 4 « finales » dites « extrêmes », ne sont pas forcément mieux que des classes 2 ! On y perd souvent en stats et en réalité, hormis les Wyvernes qui sont pétées ou les mages FEMMES, on n’a AUCUN intérêt à passer son personnage de la classe 3 à la classe 4 !

Parlons-en d’ailleurs des Wyvernes = elles n’ont jamais été aussi CRAQUÉES que dans ce jeu et à la limite, à la fin du jeu, osef de la cohérence, on a plutôt tout intérêt à passer TOUS ses persos physiques en Wyverne ! Bonjour la diversité pour ceux qui, comme moi, aiment pouvoir jouer avec toutes les classes et avoir de la versatilité ! Il y a donc un véritable souci d’équilibrage en terme de gameplay…

…qui ne se limite hélas pas au seul problème des classes disponibles…

En effet, le système d’escouades est USELESS AS FUCK, si ce n’est apporter un boost de stats aux personnages, qui n’en ont de toutes manières pas besoin… (hormis peut-être l’escouade dont l’effet est de pouvoir se déplacer plus loin… ce qui me fait revenir au problème des wyvernes = avec ce sort, un Lord Wyvern peut se déplacer à l’autre bout de la map en un battement d’ailes/un seul tour !!!!! CHEATED !) Pour preuve, je n’ai utilisé le système d’escouades qu’une seule fois dans le jeu, face à un boss optionnel…

 

Les nouveaux ennemis introduits dans le jeu, qui sont supposés ne pouvoir être vaincus que grâce aux escouades sont également une vaste blague… puisqu’on peut les cartonner à la manière traditionnelle. Leur seul « intérêt »/ « désagrément » (selon le point de vue duquel on se place…) est d’avoir plusieurs barres de vies… On nous avait pourtant promis une nouvelle dimension tactique avec eux, alors qu’il n’en est rien, on bourrinne juste (même en hard…) et ça passe tranquillou Billou. Dommage qu’ils n’apportent rien…

Ce qui nous amène à ENCORE un souci (décidément!) : celui des maps…

 

Je me souviens que particulièrement dans Fates, on nous avait servi de GRANDES maps variées… avec du poison, des bastions, de la lave, des marécages… etc… des effets de terrain, qui changeaient radicalement la physionomie et obligeaient le joueur à s’adapter. « Tiens, une map avec un rempart, je suis obligée de le contourner avec mes unités au sol pour trouver des escaliers, mais je peux sans doute y grimper directement avec mes unités volantes ! Oups, mauvaise idées, les remparts sont couverts d’archers qui vont me dégommer ! » Il fallait toujours réfléchir et la moindre erreur de jugement pouvait être fatale et pour cause, on ne disposait pas du SYSTÈME DE REBONBINAGE introduit dans le dernier Fire Emblem sur 3DS : le TRÈS MAUVAIS remake de « Shadows of Valentia » avec Alm ! Cette mécanique, si elle a une légitimité dans le scénario, a tendance à simplifier ENCORE PLUS un jeu qui n’en a déjà pas besoin à la base ! Alors, oui, ok, je comprends bien que depuis Awakening, les Fire Emblem tendent à se « casualiser » pour attirer de nouveaux joueurs et se défaire de leur image un peu austère et « hard ». Mais il y a un juste milieu putain de merde !!! Même el famoso mode « lunatic » réservé aux hardcore gamers de la série est ici une VASTE BLAGUE !

 

L’aspect « dating sims » qui va pourtant de paire avec Persona et qui avait fait la renommée des Fire Emblem depuis son introduction dans Awakening (bien que cette possibilité ait toujours existé dans la série, mais de manière bien moins poussée…) est ici complètement abandonnée. Pas d’enfants du futur et c’est temps mieux, diront certains. Moi, je dirai que de toute manière, la cohérence et le story telling n’ont jamais été le fort de la saga (ce qui se confirme encore ici, mais j’y reviendrai…) et que devoir jouer les entremetteurs pour pouvoir créer des enfants les plus forts possibles selon nos besoins, apportait justement un aspect STRATÉGIQUE supplémentaire. Tout juste peut-on se marier à la fin…

… APRÈS le chapitre final !

 

Ce qui fait que tu ne peux même pas profiter en COMBAT de ton soutien « S » avec ta moitié et des bons d’esquive/force etc que ce mariage confère . Génial, très intelligent, bravo… Et en parlant des mariages, cela tombe bien car ça nous amène à la POLÉMIQUE qui gronde autour du jeu !

 

En effet, Fire Emblem et les « polémiques », c’est un peu la tradition : dans fire emblem 4 on pouvait faire se marier un frère et une sœur, dans Fire Emblem Fates, on devait DROGUER une fille pour qu’elle cesse d’être lesbienne (heureusement, ce passage a été « rectifié » dans la version occidentale…) et dans Fire Emblem Radiant Dawn, Ike n’avait de « fin » qu’avec deux mecs, faisant de lui officiellement le premier lord exclusivement gay de la série…

 

…et c’est précisément là-dessus que se joue la polémique de Three Houses ! Depuis l’introduction du dating sims comme l’a pensé Awakening, les fans se sont mis à réclamer la possibilité de relations homosexuelles dans la série. En réalité, il y en a toujours eu, mais elles étaient sous entendues jusqu’ici et les fans ont donc demandé leur concrétisation. Nintendo a fini par céder et offrir deux personnages bisexuels dans Fates : un garçon et une fille, épousables par l’avatar. Pas de jaloux ! Très bonne initiative et même, pari risqué de la part d’une entreprise comme Nintendo davantage connue pour ces jeux « pour enfants » que pour ses positions sur l’identité sexuelle de chacun.

 

Ici, on a remis le couvert et avec ENCORE PLUS DE CHOIX, excellente nouvelle me direz-vous pour ceux qui se sentent concernés ! Sauf qu’en fait non… En effet, Female!Byleth n’a rien de moins que CINQ prétendantes féminines, alors que Male!Byleth doit se contenter de TROIS mecs tous moches et inintéressants… Et encore… parmi les trois, un seul aboutit à une relation homosexuelles, les deux autres gars étant d’âge mûr et t’envoyant te marier avec une donzelle random au final parce qu’ils n’assument pas…

 

Alors oui, ce n’est qu’un détail, mais je comprends que ça puisse en faire gueuler certains qui se sentent lésés pour le coup… voire même carrément insultés. Etre lesbienne, c’est bien, ça fait vendre et fantasmer les gamers, mais aimer les BITES OULAAA NOOOON C’EST HALLAM !!! On va donc les dissuader de vouloir en faire bouffer à Male!Byleth !

Pathétique…

Attention, les deux prochains paragraphes sont FULL SPOILERS, du moins pour la partie des Blue Lions ! (car je n’estime pas nécessaire d’avoir complété les 3 scénarii pour pouvoir se forger un avis définitif.)

Parlons enfin du point névralgique du truc : L’HISTOIRE ! Gros effort fourni dessus, oui, si on veut…

 

Elle est intéressante et plus travaillée qu’à l’accoutumée, notamment en offrant trois points de vue sur les événements, (chaque maisons ayant ses motivations propres) mais encore une fois, Nintendo n’a pas su se donner les moyens de ses ambitions, en multipliant les clichés. Je n’ai rien contre les clichés, certains peuvent être très bien utilisés lorsqu’ils sont détournés par exemple. Mais là… c’est cousu de fils blancs et bourré d’incohérences. Tiens, par exemple, avec Dimitri et les Lions bleus, la seconde partie du jeu consiste à ENVAHIR l’empire. Sauf qu’à chaque avancée dans les terres, à chaque bastion pris, ils doivent revenir en arrière pour retourner au monastère… Aucun sens. C’est comme si demain, tu décidais d’envahir l’Espagne et qu’à chaque bataille remportée, tu remontais jusqu’à Paris pour te ravitailler, te reposer, faire je ne sais quoi…

 

C’est ce genre de petits éléments qui, mis bout à bout, finissent par te sortir du truc… Nintendo a clairement lorgné du côté des Suikoden pour l’époque choisie et les histoires de conflits politiques, mais sans le brio de son modèle… Ce qui donne lieu à des scènes incohérentes comme Dimitri se faisant poignarder de dos, seul, séparé de ses camarades SAUF QUE NON EN FAIT UN MEC QUI ÉTAIT POSTÉ À TROIS KILOMÈTRES DE LA, A VU LA SCÈNE ET A PRIS LE COUP À SA PLACE EN SE TÉLÉPORTANT…

Ça fait rire, ça fait sourire et c’est ridicule. Ce qui fait que, malheureusement, quand le drama arrive, on ne parvient pas à s’émouvoir, ni à être surpris. Genre la mort de Jeralt « Greil bis » (les vrais savent de quoi je parle), c’était écrit sur son front qu’il allait crever en se faisant assassiner ! Pas moyen, donc, de se sentir concerné par son décès… surtout quand celui-ci se fait déjà spoiler au bout de 40 SECONDES D’OPENING !!!! (véridique!) Le jeu n’a donc techniquement pas commencé que déjà, tu sais qu’il va crever !!! Bravo, Nintendo, le storytelling, à ce niveau-là c’est de l’art !

 

Et c’est dommage parce qu’en dehors de ce point noir rédhibitoire, les personnages sont bien écrits et attachants (malgré un chara design des enfers, parfois…). Dimitri, par exemple est hyper intéressant avec son côté « berserk » mais sensible. De manière générale, j’ai trouvé tous les Blue Lions bien écrits, même si j’ai déploré que les ¾ des intrigues concernant les Lionnes soient liées à des histoires de mariages arrangés… (bon encore, je peux comprendre, c’était l’époque qui voulait cela…) Mention spéciale à Sylvain, qui derrière son côté dragueur insouciant, cache une réelle souffrance bien traitée et intelligemment rédigée, sortant donc des clichés habituels du coureur de jupons…

Dernier souci à signaler de mon côté, parce que c’est quelque chose, qui pour moi, fait partie de l’ADN intrinsèque du jeu et constitue un élément que j’aime retrouver d’un Fire Emblem à l’autre : les hommes/animaux. Les manaketes. Les laguz. Les Furries. Appelez-les comme vous voulez. Ici, il n’y en a point et je trouve leur absence déplorable… car ils ajoutaient un petit côté tactique et inédit, chaque espèce animale ayant ses propres caractéristiques et un temps de transformation limité, ce qui les rendait à la fois complètement craqués ET vulnérable par la suite, sous leur forme humaine… Quel scandale, en sachant que cet épisode semblait FAIT pour eux ! En effet, chaque maison arbore le nom d’un animal : aigle, lion et cerf ! On aurait donc facilement pu imaginer trois animaux « gardiens » de ces trois races… mais non, trop difficile, ils ont préféré rajouter des éléments de gameplay pas du tout pertinents pour surprendre les fans (COUCOU GAME OF THRONES!), plutôt que de viser sur une valeur sûre et attendue…

 

Reste l’aspect du gameplay à aborder, qui est efficace et ne révolutionne rien. C’est du Fire Emblem, si vous connaissez la série, vous ne serez pas dépaysés et si vous êtes un nouveau venu, la difficulté et les mécaniques de Three Houses sont extrêmement friendly. Et j’insiste sur le « extrêmement », ce qui signifie que même en difficulté « Sekiro », vous allez pouvoir jouer les yeux fermés, que vous soyez un néophyte ou un pro… ZÉRO CHALLENGE. Je pourrai également aborder le retrait du « triangle des armes » si cher à la série, mais en vérité il est toujours présent… sous une autre forme… (promesse mensongère, donc…)

 

En revanche, l’indéniable réussite du jeu se situe du côté des musiques, qui sont toutes très bien. Rien à jeter, même si le thème principal est un peu trop réutilisé et décliné sous forme de variantes, ce qui peut rendre l’écoute extrêmement répétitive à force…

Alors au final, ai-je aimé ce Fire Emblem ?

 

On pourrait penser que non, vu tout ce que je me suis efforcée de dénoncer dans ce compte rendu (aussi exhaustif que possible, d’où la longueur du texte…), mais il n’en est rien. J’ai su l’apprécier pour ce qu’il est, c’est-à -dire avant tout un Fire Emblem et on en retrouve fort heureusement l’ADN.

 

Pour autant, dès qu’on se penche du côté des « innovations » censées révolutionner la série, ça a de quoi filer des hémorroïdes. Rien n’est abouti, rien n’est pertinent et on a un immense sentiment de gâchis. On voit ce que le jeu a voulu faire, mais à aucun moment il ne fait mouche. Tous les ingrédients étaient pourtant présents, mais la mayonnaise ne prend pas. La cuisine n’est pas une science exacte et même si tu mélanges les meilleurs éléments glanés à droite et à gauche, tu n’es pas sûr d’obtenir un plat succulent. Foie gras et chocolat ne vont pas ensemble, s’ils ne sont pas bien dosés. Là, c’est pareil. C’est pas le tout de vouloir s’inspirer ou même carrément « faire » du Persona, il faut pouvoir « live up to it », comme on dit. Se montrer à la hauteur, au risque de tomber dans parodie ou se montrer totalement hors sujet, comme c’est le cas ici…

 

… Du coup, ça me fait un peu peur, parce qu’à présent, je m’attends carrément à un FF7R possédant un système de réputation pour AVALANCHE directement inspiré de celui des Phantom Thieves de Persona 5…

CONCLUSION : 7/10 BON

En bref, ARRÊTEZ TOUS DE VOULOIR COPIER SUR LE VOISIN SI VOUS NE SAVEZ PAS LE FAIRE ! ÇA DEMANDE DE LA SUBTILITÉ ET UNE VÉRITABLE COMPRÉHENSION, DE PRENDRE LES ÉLÉMENTS QUI MARCHENT ET DE SAVOIR LES ADAPTER ENSUITE À SA SAUCE ! DÉVELOPPEZ VOTRE PROPRE IDENTITÉ !

 

Si malgré tout, vous êtes curieux de découvrir le jeu en temps que débutants, je ne saurai que trop vous le conseiller car tout n’est pas à jeter et puis, vous avez la chance de n’avoir aucun point de comparaison par rapport à d’autres épisodes de la série. Mais pour les aficionados, passez votre chemin si vous avez d’autres jeux en attente et revenez à celui-ci quand il aura baissé de prix ! J’espère que ça vous aura aidés à y voir plus clair !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :