Erica, l’immersion par la narration

Scroll down to content

Le studio Britannique Flavourworks a travaillé pendant deux ans sur un ambitieux projet de thriller interactif. Un premier trailer diffusé au Paris Game Week 2017 montrait un avant-goût des mécaniques. Toutefois, le contenu a profondément changé dans cette version 2019. Même si le résultat est perfectible, le petit prix du jeu permet d’apprécier l’œuvre dans son ensemble. Après avoir décortiqué le titre sous toutes les coutures, voici ce qui vous attend.

Support : PS4 – Editeur : Sony – Développeur : Flavourworks – Genre : Thriller interactif – PEGI 16+

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit.

Le choix de l’actrice a certainement été déterminant dans la production du film. C’est en effet Holly Earl qui tient le rôle principal. Elle a notamment interprété pas mal de rôles dans des séries TV. Ici elle incarne une jeune femme traumatisée par son passé, qui va se retrouver au beau milieu d’une enquête policière qui la touche de plein fouet. Sur fond de mystères et de paranormal, Erica et le joueur sont confrontés à d’intenses situations.

 

Si le système de choix ne réinvente pas le concept, tout est misé sur la rejouabilité des parties. Le long métrage se terminant en moins de deux heures, les réponses à certaines questions sont disséminées en fonction de nos décisions. Ainsi il est plaisant de relancer le film pour tenter de comprendre les tréfonds du scénario. Oui mais voilà, l’essentiel du dénouement est ouvert à l’interprétation de chacun. Si cela n’est pas un mal en soit, de nombreuses interrogations restent en suspension. Nous avons réalisé toutes les fins possibles de l’histoire, sans comprendre certains points intriguant…

 

Cela laisse un sentiment de scénario décousu et certaines transitions perturbantes le resteront à jamais. Souvenez-vous de la série Lost, pareil ici sauf que l’espoir de trouver des réponses survit à travers les parties. Une déception qui est cependant atténuée par l’excellente qualité cinématographique de l’œuvre. Que ce soit la photographie, l’ambiance sonore et la réalisation dans son ensemble, c’est un quasi sans faute. Seuls certains acteurs altèrent légèrement l’immersion, avec quelques performances discutables.

Afin de vouloir probablement se différencier au maximum, le jeu est compatible Play Link. Le menu principal vous incite fortement à télécharger l’application smartphone, en prétextant une expérience amplifiée. Après avoir joué aussi bien à la manette qu’au smartphone, rien ne vient changer en profondeur les sensations. L’écran du téléphone étant plus grand que le touchpad PS4, le confort est légèrement supérieur sur mobile. C’est la seule différence notable que nous avons ressenti, le gameplay n’est pas meilleur avec l’un ou l’autre…

 

Ne vous attendez pas à résoudre des énigmes ou des puzzles dans Erica, les mécaniques portent bien leurs noms. Toutes les manipulations se limitent à ouvrir des objets, pousser, tirer, ou choisir les dialogues. Le game design devient donc rapidement lassant et répétitif. Dommage car les transitions entre le film et les phases de jeu sont particulièrement bien faites. On aurait adoré pouvoir utiliser notre matière grise en mode Myst ou The Witness, d’autant que l’intrigue s’y prête parfaitement. Peut-être des éléments qui n’ont pas pu être implémentés comme prévu, c’est bien dommage.

CONCLUSION : 7/10 BON

Malgré un gameplay très léger et de nombreuses questions sans réponses, l’expérience globale est positive. Surtout grâce à la réalisation du film, qui est très appréciable à suivre. La performance d’Holly Earl vient aussi rehausser la qualité du jeu dans son ensemble. C’est en grande partie elle et son personnage d’Erica qui nous tiennent en haleine à chaque essaie. Il est regrettable d’être autant limité dans les mécaniques, ainsi que les zones d’ombres du scénario. Il ne manquait pas grand-chose au titre de Flavourworks pour être remarquable.

Points positifs :

– Holly Earl jouant Erica

– La rejouabilité

– La qualité cinématographique

 

Points négatifs :

– Le gameplay limité

– Les questions sans réponses

– La répétitivité du tout (en multipliant les parties)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :