Bee Simulator – Les abeilles jouent à Flower

Comme vous le savez, les abeilles du monde entier disparaissent de façon inquiétante. Ces petits insectes jouent un rôle fondamental dans la pollinisation des fleurs et des plantes. Si elles venaient à disparaître totalement de la surface du globe, la flore mondiale perdrait plus de 80% de son cycle de vie. Afin de sensibiliser les gens à ce constat alarmant, le développeur Varsav Game Studios propose un jeu pour bien faire passer le message. De quoi apprendre tout en s’amusant, le gameplay tente de s’inspirer de la réalité avec une bonne dose de jeu vidéo connue.

Support : PC / PS4 / Xbox One / Switch (joué sur PC) – Éditeur : Bigben Interactive – Développeur : Varsav Game Studios – Genre : Aventure – Sortie : 14/11/19 – Prix standard : 40€ – PEGI +7

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit. N’hésitez pas à venir débattre du sujet avec nous dans les commentaires ou sur Discord : https://discord.gg/KFJDTAH

L’intro donne tout de suite le ton, en énumérant les causes qui provoquent l’hécatombe. Pesticides, espèces invasives, un rapide bilan de la situation est résumé. Les cinématiques sont très simplistes, avec quelques dessins fixes animés ici et là. Cela permet de constater le petit budget qui a permis de créer le jeu, ce qui ne le rend pas moins intéressant pour autant. Malgré une multitude de défauts et bugs en tout genre, il parvient à capter le joueur dans cette ambiance colorée.

Certes c’est un peu le monde des Bisounours dans cette petite aventure, ce qui a tendance à casser le réalisme ambiant. Une agréable relaxation se fait ressentir dans les phases calmes, mais nous verrons plus bas que l’action n’est pas en reste. Nous incarnons une jeune abeille dans ses tous premiers battements d’ailes. Cette dernière va tout de suite se mettre au travail en tant que butineuse de fleurs.

Après une rapide session de tutoriel, nous découvrons le monde et l’endroit où tout va se dérouler. Nous sommes au beau milieu de Central Park à New-York ! Un environnement riche en contenu, qui permet de créer une multitude de situations sympathiques. Malheureusement, le mode solo ne permettra pas de s’aventurer dans la jungle urbaine. Une map multijoueur semble être en ville, mais je n’ai pas pu tester cela de plus près.

Notre abeille va rapidement avoir la folie des grandeurs, elle veut à tout prix faire des choses plus importantes que récolter du pollen. L’histoire principale va compter ses exploits, ce qui se boucle en quelques heures. Au long de cette campagne les missions vont tenter de varier les objectifs, mais l’essentiel du gameplay tourne autour de cinq mécaniques centrales. La course, la danse (mini jeu de mémoire), le combat, les attaques à coup de dard et bien évidemment la collecte de pollen.

Butiner les fleurs reprend la mécanique du célèbre jeu Flower sur Playstation (ici sur PC), on ramasse le pollen automatiquement en passant dans des anneaux lumineux. Pas très réaliste, mais plus amusant que devoir se poser partout pour la récolte. D’autant qu’il est possible de voler très vite (si on a suffisamment d’énergie), ce qui accentue le plaisir de jeu. Le titre se voulant le plus accessible possible, il fallait trouver un juste équilibre entre amusement et réalisme. En tant qu’adulte on aurait préféré avoir quelque chose de plus vrai, mais en tant qu’enfant l’amusement fonctionne à merveille.

Le dard de l’abeille ne va pas beaucoup servir, mais là encore il est drôle de piquer tout ce qu’on peut. Surtout les petits enfants qui veulent détruire les fleurs pleines de pollen (un peu comme dans le jeu Mosquito) ! Le reste est secondaire, mais peut occasionner de franches rigolades. Le système de combat est basé sur du shifumi. Façon For Honor, on attaque ou défend dans une direction choisie. Si au début c’est assez laborieux à maîtriser, on finit par comprendre comment venir à bout de n’importe quel ennemi. Il vaut mieux aimer la baston, car la plupart des défis secondaires sont des combats (21/65 pour être précis).

 

Conclusion :

Bee Simulator est très amusant mais souffre de nombreux défauts pénalisants. Le plus perturbant reste la réapparition de missions déjà accomplies d’un chargement à l’autre. La première fois on pense à un oubli de sauvegarde, mais quand ça se produit après des quêtes terminées depuis plusieurs heures, ça fait mal au bilan… Il faut garder à l’esprit que le jeu est une petite production, le niveau de tolérance a besoin d’être élevé pour apprécier le jeu à sa juste valeur. Cela passe par une technique assez légère, ainsi que des textures et des animations d’un autre âge. Mais ceux qui peuvent voir au-delà des défauts, profiteront pleinement du jeu et de sa jolie direction artistique. Gros point fort sur l’ambiance sonore, avec une musique orchestrale savoureuse à souhait.

NOTRE SYSTEME DE NOTATION : La note numéraire représente les mécaniques de jeu, bande sonore, écriture, jouabilité, technique, etc… et le rang résume l’avis subjectif du critique à ses critères personnels.

6/10

6/10

Points positifs :

– L’originalité du gameplay
– La nostalgie de Flower et Mosquito
– La musique orchestrale
– Les voix des personnages

Points négatifs :

– Techniquement dépassé
– Bugs de collision
– Réapparition de quêtes accomplies
– Trop de défis combat
 Redondance du gameplay

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :