Overpass – Ça passe ou ça casse

Nous avions découvert le jeu à l’occasion de l’E3 2019, qui n’était malheureusement pas jouable pendant l’événement de Los Angeles. Il a fallu donc attendre patiemment jusqu’à maintenant, pour s’attaquer aux courses de côte super techniques. Un gameplay qui sort des sentiers battus (fallait bien que je la sorte celle-là), qui demande habileté et précision. Autant vous dire que si vous cherchez un jeu de caisse où on bourre de ouf à grands coups de nitro/boost, vous pouvez rentrer au garage… ici c’est la technique et même la tactique qui règnent en maître !

Support : PC / PS4 / Xbox One / Switch (testé sur PC) – Éditeur : BigBen Interactive – Développeur : Zordix Racing – Genre : Course Offroad – Sortie : 27 février 2020 – Prix standard : 60€ – PEGI 3+

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit. N’hésitez pas à venir débattre du sujet avec nous dans les commentaires ou sur Discord : https://discord.gg/cmjSvJp

 

Ce fut l’une des principales interrogations que nous avons eu pendant les sessions de streaming, à quel jeu peut-on comparer Overpass ? Alors oui, arrêtons de vouloir comparer tout ce qui bouge, mais c’est plus fort que tout… Pour résumer, il y a un peu de MudRunner et de Dakar 18. Des courses bien balisées, ou le moindre faux pas ne pardonne pas ! Pour pousser le truc jusqu’au bout, les modes de difficultés empêchent de recommencer les courses. En mode hardcore tout doit se faire en un essai, pression garantie !

 

Le titre nécessite une bonne période de prise en main, sans quoi vous pédalez dans la semoule au moindre coup de cul bien pentu. Un tuto bienvenu permet de se familiariser avec les rudiments de la conduite extrême, mais il n’évite pas une bonne dose de frustration malgré tout. Chaque parcours demande une façon différente de conduire. Quand vous pensez maîtriser une technique, tout se vautre au suivant (littéralement…). Comme toujours, l’entraînement sur le terrain reste le meilleur moyen de briller en compétition. Un tuto avancé aurait tout de même était le bienvenu, mais c’est aussi rendre le jeu trop facile dans ce cas (à chacun de juger…) !

 

C’est donc dans la difficulté qu’il faut appréhender les défis proposés du mode carrière (dès le mode normal). La galère est probablement inévitable, même pour le joueur le plus chevronné (ou pas…). Il est préférable de trouver le meilleur moyen de franchir les obstacles des circuits, avant de se lancer dans le grand bain (de boue). La carrière est structurée de façon originale, sous la forme d’un arbre de compétence (ou plateau de jeu de société). Vous choisissez quelle direction prendre et les parcours se déverrouillent sur votre passage. Chaque victoire sur le podium, vous permet d’accéder à divers récompenses. Nouveaux véhicules, équipements et cosmétiques sont de la partie. Si tout se passe bien pour vous, l’argent coule à flot et vous pouvez acheter sans vous soucier du portefeuille.

 

D’un point de vue contenu, le menu est assez limité. Mode carrière, course rapide, multijoueur local et écran partagé, ainsi que la possibilité de créer ces propres compétitions (avec juste le choix des circuits). Seul deux types de véhicules sont disponibles, Quad et UTV (genre de buggy en mode voiture de golf). Ce qui fait qu’on en fait vite le tour, il n’y a que la rejouabilité du mode carrière qui motive éventuellement à débloquer tous les challenges et récompenses.

Conclusion :

Overpass ne va pas marquer d’une pierre blanche les jeux de courses offroad, mais il offre une expérience originale. Il faut s’entraîner dur pour surmonter les moments de frustration, mais on finit par apprécier le gameplay (si les podiums s’enchaînent). Certains parcours sont assez ouverts et permettent de choisir sa propre route. En ajoutant les défis du mode carrière (impossible à déverrouiller en une saison), tout cela ajoute un peu de variété et de rejouabilité. Seuls quelques bugs de physiques sont à noter et ajoutent une dose de frustration passagère. Pour le reste les sensations sont au rendez-vous, à tel point qu’on a parfois des mouvements de têtes ou de corps incontrôlés (pour franchir certains obstacles). Une preuve irréfutable que la mécanique du jeu fonctionne bien sur le cerveau (ou alors je deviens un gamer casual…).

NOTRE SYSTEME DE NOTATION : La note numéraire représente les mécaniques de jeu, bande sonore, écriture, jouabilité, technique, etc… et le rang résume l’avis subjectif du critique à ses critères personnels.

7/10

7/10

Points positifs :

– Originalité du gameplay
– Choix des défis carrière
– Certains parcours ouverts

Points négatifs :

– Physique parfois buguée
– Durée de vie trop limitée
– Manque un tuto avancé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :