No Straight Roads – Let’s Rock, baby !!

Aiguise ton médiator, dépoussière tes baguettes, NSR vient rétablir la voie du Rock !! Dans une ville de Vinyl City en proie à la tyrannie de l’impitoyable entreprise NSR, nous retrouvons notre duo composé de Mayday et Zuke pour une aventure musicale que j’attendais avec une certaine impatience. Le trip est-il à la hauteur de mes attentes ?

Support : PC / PS4 / Xbox One / Switch (testé sur PS4) – Éditeur : Sold out Soft – Développeur : Metronomik  – Genre : Action / Aventure – Sortie : 25 Août 2020 – Prix standard: 40€ – PEGI +12

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit. N’hésitez pas à venir débattre du sujet avec nous dans les commentaires ou sur Discord.


Someone Kill the DJ

L’EDM (Electronic Dance Music) règne en maître sur la ville, et tout autre style de musique est prohibé. Sur ce postulat simple, le jeu va nous emmener dans du boss fight entrecoupé d’exploration et de petits niveaux de combat contre des mobs basiques. Une formule proche de l’excellentissime Furi, mais en plus accessible. Le lien avec la musique est indéfectible dans NSR, et grand bien lui fasse. Le fait qu’il allie mes deux passions à savoir le JV et la musique augmente mon degré d’exigence, et NSR s’en sort plutôt bien. Mais pas partout.

Commençons par l’ambiance sonore. Elle est réussie, que dis-je, elle est géniale. Mais pour expliquer son niveau de qualité, je dois faire un parallèle avec les boss. Chaque boss est découpé en phases. L’EDM étant la musique principale du jeu, à mesure que nous passons les phases de boss, la musique devient de plus en plus rock, créant une sorte de mash-up entre les deux styles. C’est très habile, très agréable à écouter et cela renforce le dynamisme des joutes. D’ailleurs, chaque combat se fait au rythme de la musique. Les ennemis attaquent en rythme, et nous devons utiliser le tempo pour trouver le bon moment d’attaque. Une oreille musicale n’est pas nécessaire, mais autant vous dire que jouer sans tendre un minimum l’oreille sera compliqué.

Étant donné que la partie sonore est une franche réussite, cela ne sera pas un effort considérable…

L’univers du jeu est coloré, bien trouvé et assez fun. Graphiquement par contre, le tout est assez daté, même si bien plus beau qu’un Furi. Mais le charme du soft opère, grâce à un chara-design vraiment cool. Oui oui, cool. C’est fun, sans prise de tête et légèrement décalé. Les dialogues, doublés par un casting plutôt sympa et assez surprenant (Kayane, Julien Chièze…) sont très marrants et simples. Presque simplets diront certains. Disons que ça ne vole pas vraiment haut, mais en même temps le jeu n’est pas vraiment du genre à poser des questions métaphysiques.

L’ambiance générale est donc bonne, dans la moyenne haute.


Robot Rock

Le jeu nous propose donc de défaire NSR, en tuant ses artistes de prédilections. Chaque artiste dispose de son univers. Chaque artiste est donc un boss à vaincre. Ils seront 6, ce qui est peu. Une durée de vie finalement inférieure à Furi, ce dernier augmentant considérablement sa durée de vie grâce à sa difficulté élevée. Mais, NSR dispose d’un rejouabilité vraiment intéressante. Augmenter la difficulté, réaliser des défis, les possibilités ne manquent pas. C’est une petite déception, on pouvait penser que le jeu serait un tant soit peu plus long, ou s’articulerait autour de niveau plus chargés en ennemis. Les mobs de bases sont d’ailleurs trop peu variés, ne changeant qu’avec le rythme. Même design, mais patterns différents. Dommage, encore une fois. Il y a bon nombre de petits éléments qui viennent ternir le tableau. Le gameplay n’est pas exempte de défauts. Hitbox hasardeuses, sensation de flottement dans les déplacements et absence de lock font partis des écueils. Le jeu n’est pas peaufiné. Il est bancal techniquement, et peu optimisé.


La variété des situations et l’originalité des boss relèvent le niveau, mais les à-peu-près techniques sont dommageables à l’expérience générale. Je pense notamment à la synchro labiale, à la ramasse totale. Certains endroits semblent graphiquement sortir d’une PS2 en fin de vie, tandis que d’autres chatoient la rétine par leur effets de lumières. Le jeu est en dent de scie, et c’est ce qui ressort jusqu’au bout de l’aventure.

Pourtant, j’ai pris un pied assez fou à le parcourir, et à y revenir.

Turbo Killer

Refaire un boss, parfaire notre skill et s’adonner aux différents défis sont clairement sympas. Sans parler du fait de pouvoir se faire l’aventure entièrement en coop split-screen. Cela faisait une éternité que je n’avais pas vu cette feature dans un jeu. Et quelle bonne nouvelle ! L’aventure prend une saveur différente, et certains boss deviennent plus abordables. Cela rajoute un petit quelque chose, pour peu que votre coéquipier soit aussi amateur de musique.

Conclusion :

NSR est un petit jeu sympa, sans prétentions et qui fait son office. Il n’a pas la maestria d’un Furi, ni sont aspect exigeant, mais il contentera les amateurs de boss fights. Son côté accessible en fera un titre léger et divertissant. Il n’est pas non plus aussi dynamique et grisant que Sayonara ild Hearts mais s’approche de l’esprit. À défaut de le faire au prix fort, écoutez la bande-son qui à elle seule vaut son pesant de cacahuètes. Si vous voulez absolument faire un jeu musical, prenez Sayonara qui, en plus d’être moins cher, est une pépite. À bon entendeur !

NOTRE SYSTEME DE NOTATION : La note numéraire représente les mécaniques de jeu, bande sonore, écriture, jouabilité, technique, etc… et le rang résume l’avis subjectif du critique à ses critères personnels.

5/10

5/10

Points Positifs:

– Une bande-son aux petits oignons
– Une identité visuelle marquée
– La variété des boss

 

Points négatifs :

– Des bugs et des hitbox pas encore au top
– Une sensation de flottement manette en main
– La durée de vie courte pour le prix

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :