Stories Untold – Le déni surréaliste

La version console du jeu fut l’occasion de se pencher sur cet étrange gameplay. L’aventure étant très courte, je me suis dévoré l’intégralité des quatre épisodes en une session de stream. On a été totalement happé par ce contenu atypique, qui nous a noyé sous un flot de questions. Il n’en fallait pas moins pour chercher, comprendre et trouver les réponses à tout ça !

Support : PC / PS4 / Xbox One / Switch (testé sur PS4) – Éditeur : Devolver Digital – Développeur : No Code – Genre : Aventure/narratif – Sortie : 27/10/2020 (2017 sur PC) – Prix standard : 10€ – PEGI 16+

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit. N’hésitez pas à venir débattre du sujet avec nous dans les commentaires ou sur Discord.


Toutes les théories sont possibles avec les trois premiers niveaux, qui rappellent l’ambiance d’un certain Stranger Things. Ce n’est pas un hasard si le joueur a l’impression d’être dans une série télévisée, à l’instar d’Alan Wake. Mais commençons par le début, qui est peut-être le plus difficile à appréhender. On se retrouve aux commandes d’un jeu préhistorique, que seuls les vétérans de la période Amstrad peuvent connaître…

Nous incarnons un jeune homme qui joue à l’ancêtre du genre point’n click, sur un équivalent d’Amstrad CPC 64. La nostalgie nous prend aux tripes quand on a connu cette technologie, mais ça va être plus compliqué pour ceux qui y sont hermétiques. Le jeu en question est totalement basé sur du texte, avec des mots clés en guise d’action. Il ne faut donc pas avoir peur de la lecture, mais le jeu nous aide un peu à ne pas trop patauger. Il suffit de bien observer chaque lieu, puis de réaliser les tâches de façon méticuleuse et réalistes.


Heureusement le jeu n’est pas entièrement basé sur ce système, il nous conduit dans des endroits bien plus dynamiques par la suite. Un premier effet de surprise nous attend à la fin du premier épisode, qui nous plonge dans une irrésistible envie de progresser ! La deuxième partie est encore plus captivante, nous voici dans la peau d’un scientifique façon Gordon Freeman. En première ligne d’une expérience particulièrement dangereuse, nous devons analyser un artefact inconnu. Au joueur de comprendre comment utiliser tout cet équipement, mais de l’aide est disponible pour ne pas être trop perdu.

Ce deuxième épisode est sans conteste le plus passionnant des quatre, il amorce un aspect paranormal au jeu. Le troisième est également impressionnant, mais une bonne dose de frustration est à prévoir. Ici nous incarnons un agent de liaison gouvernemental dans une station au cœur de l’antarctique. C’est plus un rôle de gratte-papier que de James Bond, mais la mécanique de gameplay est ingénieuse. La matière grise est primordiale pour comprendre le fonctionnement, car nous devons analyser des informations très précises. Là encore, les vieux de la vieille reconnaissent des commandes informatiques de la période DOS sur PC.

Conclusion :

À l’arrivée le jeu n’a pas un rythme effréné, il faut être captivé par son intrigue pour accrocher. Toutefois chaque épisode à son effet wahou, comme le fait une bonne série. Le deuxième volet est au-dessus du lot, mais le troisième a un dénouement assez impressionnant. Le quatrième est le grand final qui fait la connexion avec les précédents. Toutes les réponses y sont données, mais le résultat final risque de décevoir, ou pas…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :