Oxenfree – Cauchemar sur l’île

Avec l’annonce du deuxième opus à l’E3, il était temps de se plonger dans le mystérieux jeu de Night School Studio. Le titre étant à tout petit prix en ce moment sur Steam, c’est le bon moment pour le découvrir. Réalisé entièrement en 2D, il ne paye pas de mine au premier regard. Comme beaucoup de jeux indé, il ne faut jamais se fier aux apparences. C’est une aventure narrative qui nous plonge dans une histoire à décrocher la mâchoire. L’audio est entièrement en anglais sous-titré, c’est un petit plus de comprendre la langue de Shakespeare pour savourer les dialogues…

Support : PC / Playstation / Xbox / Switch (testé sur PC) – Éditeur-Développeur : Night School Studio – Genre : Aventure-Narratif – Sortie : 15/01/2016 – Prix standard : 8€ – PEGI 12+

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit. N’hésitez pas à venir débattre du sujet avec nous dans les commentaires ou sur Discord.

Une bande d’adolescents a décidé de faire la fête sur une île fermée au public de nuit. Nous incarnons une jeune fille aux cheveux bleus, Alex, qui suit à contrecœur son meilleur pote Ren. Tous deux rencontrent pour la première fois le frère par alliance d’Alex, Jonas. Les trois lycéens sont réunis sur le ferry qui les conduit exceptionnellement sur l’île, l’occasion d’en savoir un peu plus sur les lieux. De nombreux mystères entourent l’île, qui fut jadis une base militaire transformée en musée. Quel meilleur endroit pour passer une soirée festive pleine de surprises…

Ren et Alex connaissent bien l’archipel, qui est également une réserve naturelle où il est agréable de se balader. Cette fois, ils veulent explorer des lieux plus énigmatiques. Ren a prévu de les amener dans un endroit spécial, il a donné une radio à Alex pour accomplir certaines tâches. La jeune fille peut scruter les ondes pour écouter de nombreuses fréquences. Certaines passent de la musique, d’autres servent d’audio-guide pour en apprendre plus sur l’île, mais certaines sont bien plus inquiétantes…

Première étape, rejoindre l’autre groupe qui les attend sur le chemin de la plage. Clarissa et Nona sont deux amies qui connaissent peu les autres. Une certaine animosité se ressent même entre Alex et Clarissa, l’une aux cheveux bleus, l’autre couleur auburn. Un feu de camp tente de réchauffer l’atmosphère, c’est en fonction du choix des dialogues que l’on en apprend un peu plus sur le passé des protagonistes. Ren propose ensuite de passer aux choses sérieuses, en franchissant une grille qui barre l’entrée d’une caverne.

C’est là que le surnaturel va progressivement s’installer tout au long de l’aventure, qui va vite se transformer en cauchemar… Alex et Jonas pénètrent dans une cavité qui les amène à une grotte étincelante. De mystérieux cristaux illuminent l’endroit, mais il y a plus incroyable encore. Un petit triangle tournoie au plafond et émet un son étrange. Alex s’aperçoit que l’objet réagit à certaines fréquences de sa radio. D’une onde à l’autre, elle parvient à déclencher un phénomène extraordinaire. Alex et Jonas s’évanouissent de douleurs et se réveillent à l’autre bout de l’île, sans comprendre ce qui leur est arrivé…

Conclusion :

Oxenfree est bâti sur la narration et les nombreux embranchements possibles. C’est un jeu aux multiples fins qui peut se rejouer si vous voulez tout comprendre de son histoire complexe. Mon petit doigt me dit que l’équipe s’est un peu inspirée de l’île d’Alcatraz, le studio étant originaire de San Francisco. Il y a pas mal de similitudes entre le jeu et l’ancienne prison de haute sécurité, qui est remplacée dans le jeu par une base militaire. Le voice acting est parfait, sans compter la bande son qui est disponible à la vente. Le gameplay et la direction artistique sont un peu en deçà, mais toute la magie du titre réside dans l’histoire et l’ambiance. Spéciale mention aux sons de la radio, qui ajoutent une bonne dose d’intensité à l’écoute de certaines fréquences… Le seul bémol, des séquences de gameplay un chouille répétitives et des bugs de vibrations de manettes perturbants (corrigés en modifiant des fréquences radio, ou en relançant le jeu…).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :