Biomutant – Manger bio ça coûte cher

Il est de ces jeux si attendu que de nombreuses questions se posent au fil des retards et de l’attente grandissante. Biomutant est un des premiers jeu d’ambition à flirter avec les super productions internationales de THQ Nordic. L’éditeur a laissé tout son temps au studio 101 Experiments pour arriver au bout du développement, dans le calme et la sérénité. Mais est-ce suffisant pour une équipe de 20 personnes, pour un jeu d’une telle ambition ?

Support : PC, PS4 (PS5), XBox One (Series S|X) – Éditeur : THQ Nordic  – Développeur : Experiment 101  – Genre : ARPG – Sortie : 25 mai 2021 – Prix standard : 40 € – PEGI 12+TH

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit. N’hésitez pas à venir débattre du sujet avec nous dans les commentaires ou sur Discord.

La réponse est hélas non et le jeu va nous le révéler assez vite. Si les premières heures sont une agréable découverte, nous présentant un univers coloré avec de remarquables idées. Une fois passé les cinq premières heures nous allons vite nous rendre compte, qu’il y a de nombreux éléments qui n’ont pas été complètement exploités. Trop de choses et seulement quelques-unes, sur des dizaines, qui sont totalement travaillées. 

Ce qui sauve quand même une grande partie du jeu et sa progression, reste le système de combat rapide et dynamique à l’aide d’effets « pancartes de cartoons » qui s’affichent lors de la distribution de coups. L’évolution du personnage est également salvateur, avec des points à distribuer dans plusieurs tableaux (c’est en gagnant de l’expérience qu’on évolue). Ce tandem bien trouvé permettra de nous hisser dans le jeu, pour essayer de voir le fin mot de l’histoire. 

Pour le reste des idées, tout est très décousu, voir complètement fouillis, notamment le système de modification de son équipement et de ses armes. Malgré une interface de base bien pensée, nous nous perdons souvent dans les sous-menus et les trop nombreuses options. Le jeu est basé sur un système de loot très intéressant, où il faut recycler certains matériaux pour en obtenir de nouveaux. Malheureusement le craft et l’intégration sur l’équipement se révèle bordélique. D’autant que ces ajouts sont visuellement dégueulasses. Il s’agit de bout de métaux destructurés qui s’emboite sur l’équipement, de la manière la plus disgracieuse qui soit. Il n’y a que les armes qui s’en sortent bien. 

Le jeu comporte de nombreux autres éléments partant d’une bonne idée, mais qui malgré cinq ans de développement ont manqué de ressources humaines pour être complètement intégré. De ce fait nous nous retrouvons avec un titre qui nous propose des débuts de concepts très intéressants, mais qui sont bâclés. Les captures de forts auraient pu être passionnantes et diversifiées, mais le soufflé retombe très vite. Les développeurs avouent eux-mêmes à demi-mots que les joueurs peuvent se lasser, avec une fonction proposant de passer ce mode en acceptant une capitulation automatique de la moitié des forts restants. 

Conclusion :

Le jeu est d’un simplicité déconcertante du début à la fin, avec des mécanismes qui manquent de finition et des phases de gameplay qui s’accélèrent pour nous mener rapidement vers la fin de l’aventure. Compter entre 20 et 30 heures de jeu pour le terminer si vous êtes perfectionniste ou téméraire (rayez la mention inutile). En soit c’est pas un mauvais titre, il se positionne plutôt comme un jeu accessible aux plus jeunes pour découvrir les jeux d’aventure en monde ouvert.

Les replays des streams sur Biomutant (ZeCowboy)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :