Samurai Warriors 5 – Des mandales de plaisir par centaine !

Samurai Warriors de Koei Tecmo revient enfin après sept ans d’absence avec un soft reboot qui ramène la longue saga à ses racines, en se concentrant sur la détermination inébranlable du jeune Nobunaga Oda à unifier le Japon tout en se focalisant sur sa relation avec Mitsuhide Akechi. Samurai Warriors 5 est un ajout élégant à la longue série « Musou » qui raconte bien son histoire, introduit un nouveau style artistique cell-shadé, fait un tas d’ajouts intelligents à l’action hack-and-slash standard de la franchise et, peut-être plus important encore pour les fans de la version Switch, réussit tout cela en offrant des performances impressionnantes et solides sur la console de Nintendo (et ce n’était pas gagné d’avance).

Support : PC / Playstation / Xbox / Switch (testé sur PC/Steam et Switch) – Éditeur : KOEI TECMO – Développeur : Omega Force – Genre : Hack & Slash Musou – Sortie : 24/06/2021 – Prix standard : 59,99€ – PEGI +16

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit. N’hésitez pas à venir débattre du sujet avec nous dans les commentaires ou sur Discord.

Commençons par le nouveau style artistique : la direction visuelle plutôt fade et sans relief des anciens opus de la série Samurai Warriors a été remplacée par un look frais et coloré, fortement inspiré des peintures à l’encre traditionnelles japonaises. Dès que vous démarrez ce jeu, c’est un vrai régal pour les yeux et même sur Switch (où les graphismes ont été réduits par rapport aux autres versions du jeu), cela reste très élégant. Sur les consoles de dernière génération et PC, c’est encore plus agréable à l’oeil. En combat, il y a une quantité surprenante d’effets de particules vibrants et flashy à l’écran alors que vous vous frayez un chemin à travers les milliers d’ennemis qui se dressent sur votre chemin ; les cutscenes narratives qui clôturent les missions sont maintenant uniformes avec le gameplay temps réel. Oui, la distance d’affichage est encore un peu faible – un problème qui n’est pas propre à cet opus – mais dans l’ensemble, c’est un ajout marquant à la franchise.

La présentation retravaillée se répercute sur le plaisir de la narration, avec ces élégantes cutscenes qui présentent les différents personnages, points de l’intrigue, perspectives et incidents d’une manière plus captivante que par le passé. Oui, en tant que fans de longue date, nous nous sommes laissés entraîner plus que d’habitude à regarder les nouveaux designs des personnages, mais même pour les nouveaux venus, il s’agit d’une campagne dont l’histoire prend vie d’une manière étonnante et, peut-être plus important encore, facile à suivre (pour une fois).

Un reboot graphique des plus agréable

Certains fans inconditionnels pourraient s’insurger contre un scénario qui ne semble pas aussi étendu en termes de chronologie historique que les précédents opus de la série, tout comme ils pourraient s’insurger contre le fait que ce nouveau jeu ait réduit la liste des personnages de son prédécesseur de 55 à 37. Pour nous, cependant, tout cela s’inscrit dans le cadre d’un reboot qui cherche à rafraîchir les choses, en éliminant une grande partie du superflu – à la fois en termes de narration interminable et de mécanismes de combat fastidieux – en faveur d’un jeu qui semble généralement plus léger, facile à prendre en main et qui ne vous retient pas de vous lancer dans les combats typés hack & slash. En fait, si vous avez déjà eu envie d’essayer un jeu du sous-genre « Musou » mais que vous n’avez pas encore franchi le pas, ce jeu est vraiment un point de départ idéal pour plonger dans l’action.

C’est pourquoi, pour commencer, il y a même une période de tutoriel étonnamment sobre qui vous permet de vous familiariser avec les mécanismes du jeu tout en limitant votre choix de personnages à Nobunaga Oda lui-même. Il s’agit d’une ouverture bien rythmée et d’une introduction instructive sur le fonctionnement du combat caractéristique de la série, qui prend son temps et ajoute lentement de nouveaux éléments, idées et mécanismes avant d’ouvrir le roster et de vous laisser passer à l’action proprement dite.

Seulement 35 personnages au compteur au lieu de 57 sur le précédent opus.

Bien sûr, l’action est le cœur battant de toute l’entreprise, et en ce qui concerne les changements et les ajouts que Koei Tecmo a fait au modèle standard Musou, Samurai Warriors 5 se sent comme un véritable renouveau. Il s’agit toujours d’un jeu Musou traditionnel, et vous passerez toujours la grande majorité de votre temps à dépioter des hordes d’ennemis décérébrés, mais ce qui a été ajouté élève l’expérience entière par rapport à ce qui a été fait auparavant dans cette série dérivée des samouraïs.

En plus des habituelles séries de combos légers et lourds, des hyper-attaques et des attaques Musou puissantes que vous pouvez distribuer en détruisant les différents champs de bataille du jeu, Samurai Warriors 5 ajoute d’excellentes nouvelles « compétences ultimes » basées sur un système de temps de recharge, que vous pouvez déployer quand vous le souhaitez. Ces nouvelles compétences donnent un véritable coup de fouet à la fluidité générale des combats, en ajoutant beaucoup plus de choix et de spectacle dans la façon dont vous allez massacrer vos ennemis.

Les boss sont les personnages nommés visibles sur le terrain

Les compétences ultimes vont des buffs temporaires utiles qui augmentent votre attaque ou votre défense, rechargent instantanément votre jauge Musou et ainsi de suite, aux puissants coups spéciaux qui permettent à votre combattant de compléter ses options d’attaque habituelles avec une foule de nouvelles capacités sexy et de techniques qui crèvent l’écran et qui peuvent être annulées à tout moment, donnant à vos combos un tout nouveau souffle.

Si l’on ajoute à cela votre jauge de rage, qui augmente temporairement votre vitesse et vos attaques – et vous permet de déclencher un Musou ultime surpuissant – et les compétences uniques de chaque personnage en matière d’armes, on obtient une quantité surprenante de choix de combat à chaque instant pour un genre qui est le plus souvent cité en référence pour son action plutôt simpliste et fortement répétitive.

Compétences ultimes : de biens beaux effets de couleurs !

En effet, alors que les anciens opus de la franchise pouvaient parfois vous voir taillader de manière répétitive avec vos combos standard en attendant qu’une super attaque se recharge ou se charge, ici il y a presque toujours une jauge ou un pouvoir qui clignote pour vous faire savoir qu’il est prêt à être déclenché. Au fur et à mesure que vous gagnez des niveaux en jouant et en écrasant vos ennemis, vous débloquez constamment de nouvelles compétences ultimes plus puissantes et des combos spécifiques à chaque arme, ce qui vous donne un autre objectif à atteindre tout au long de la campagne.

Combinez toutes ces nouvelles options offensives avec des objectifs en constante évolution qui vous permettent de remplir toutes sortes de mini-missions au fur et à mesure que vous avancez dans chaque niveau, et vous obtenez un jeu qui donne toujours l’impression de vous tenir bien occupé, de vous pousser sur ses cartes et de vous forcer à jouer à un petit jeu stratégique léger pour compléter l’action dans le mode histoire.

Des combos qui parfois vont dans les milliers de coups !

Ce mode histoire, qui nous a pris une vingtaine d’heures environ, comprend deux arcs narratifs principaux entre lesquels vous pouvez passer à votre guise, celui de Nobunaga et un autre qui raconte l’histoire du jeu du point de vue de Mitsuhide Akechi – bien que vous n’ayez pas accès aux missions de Mitsuhide avant environ cinq heures de jeu. Ces missions principales sont ensuite complétées par des sorties spécifiques à un personnage unique qui étoffent divers éléments de l’histoire et donnent un peu plus de détails sur les amis et les ennemis que vous rencontrerez en cours de route (à la manière de Hyrule Warrior – L’ère du Fléau).

En dehors de l’histoire principale, il n’y a qu’une seule autre option de jeu à se mettre sous la dent dans Samurai Warriors 5, et c’est le mode Citadelle. Dans ce mode, vous livrerez des batailles où le but est de défendre votre base contre les attaques entrantes tout en remplissant divers objectifs à la volée afin de mettre la main sur des ressources dont vous aurez besoin pour améliorer les bâtiments dans la campagne principale (là encore on retrouve ce principe dans plusieurs spinof « Musou » sous licence de l’éditeur). C’est dans ce système d’amélioration légèrement alambiqué que nous avons trouvé que le jeu commençait à trébucher pour la première fois, car il vous oblige à vous acharner dans ce sous-mode (certes amusant) afin de débloquer toutes les capacités et utilités du jeu principal.

Le mode Histoire propose des cinématiques en temps réel très bien réalisées

En effet, au fur et à mesure que vous avancez dans le mode histoire, vous revenez, entre les sorties, à une zone de menu améliorable, « Mon château », où vous pouvez régler votre équipement, entraîner vos combattants et acheter des améliorations, des gemmes de compétences et des objets à la boutique. Cependant, tous ces services, le Dojo, le Forgeron et la Boutique doivent être améliorés plusieurs fois afin de les rendre pleinement opérationnels – vous ne pouvez pas fabriquer de nouvelles armes au Forgeron tant que vous ne l’avez pas élevé au niveau requis, par exemple. Vous n’avez pas d’autre choix que de passer par le mode Citadelle pour tout débloquer, ce qui nous a amenés à décider de terminer la campagne du premier coup sans profiter de tous les avantages offerts par le jeu.

C’est dommage, car on a l’impression d’être obligé d’étoffer son temps de jeu en passant par ce sous-mode pour collecter des matériaux ennuyeux, un aspect du jeu qui aurait sûrement pu être intégré à la campagne principale, mais cette corvée est au moins quelque peu atténuée par le fait que vous voudrez de toute façon passer par le mode Citadelle autant que possible afin de faire monter en niveau votre liste de personnages.

Avant chaque mission il faut s’équiper et faire évoluer son matériel

Dans un autre cas, la campagne restreint souvent de manière inexplicable les personnages que vous pouvez choisir d’incarner, vous permettant souvent de vous rendre sur le champ de bataille avec deux personnages à la fois, mais limitant vos choix à une poignée de combattants actuellement débloqués. Cela signifie, bien sûr, que vous vous retrouverez avec un groupe de combattants complètement en sous-niveaux que vous devrez améliorer en les faisant passer par le mode Citadelle, jusqu’à ce qu’ils soient aptes à relever les défis de la campagne principale quand le jeu jugera bon de vous laisser les choisir. Et l’équibrage des ressources est d’un penchant très grindy.

Vous pouvez également améliorer les combattants exclusivement dans le mode de campagne principal en utilisant les stocks d’XP qui vous sont attribués à la fin de chaque mission, mais vous constaterez que vous n’aurez jamais assez de cette XP pour mettre les personnages sous-utilisés en pleine forme. C’est un système étrangement restrictif, surtout si l’on considère le choix que le jeu vous offre en ce qui concerne l’échange d’armes et de mouvements des personnages comme vous le souhaitez. Cela conduit à une situation où, en particulier lors de votre premier passage dans la campagne, vous pouvez vous retrouver à vous contenter de quelques combattants qui sont disponibles dans la plupart des missions et qui ont donc un niveau adéquat – comme nous l’avons fait avec Nobunaga et Mitsuke, l’un des nouveaux personnages ninjas très rapides du jeu.

Malheureusement, à la longue le grind rend ces superbes animations un peu redondantes

Ce n’est pas un problème qui vous affectera particulièrement si vous avez l’intention de profiter de ce jeu dans toutes les difficultés ou si vous prenez vraiment votre temps – vous aurez probablement une liste de personnages entièrement équipés lors de votre deuxième partie. En revanche, pour les joueurs occasionnels, vous risquez de vous heurter à des murs de briques en ce qui concerne ce que vous avez débloqué et quels sont vos combattants suffisamment forts pour vous lancer dans la bataille sans vous compliquer la tâche.

Cependant, en dehors de cette méthode d’amélioration légèrement alambiquée, Samurai Warriors 5 fait rarement fausse route. Il s’agit d’une addition très fignolée, rapide et flashy à la franchise, contrairement au désastreux Dynasty Warriors 9. Que vous vous frayiez un chemin à travers les hordes ennemies avec Nobunaga, que vous donniez des coups de ninja et fassiez des pirouettes sur le champ de bataille avec Mitsuki, que vous utilisiez l’arc de No pour des attaques à distance dévastatrices ou que vous fassiez exploser tout et n’importe quoi avec le gros canon de Hisahide Matsunaga, l’action est toujours captivante, toujours frénétique et toujours très addictive. Les niveaux sont hautement rejouables, avec de nombreux objectifs cachés à remplir et des rangs S parfaits à atteindre. Le passage d’un personnage à l’autre à la volée vous offre de nombreuses options pour enchaîner ces combos incroyablement longs, et même le mode Citadelle – hormis la corvée de matériaux – offre de nombreuses batailles féroces pour vous occuper, vous et votre liste de trente-sept combattants.

Avec dix nouveaux personnages à découvrir, un mode histoire solide, d’excellentes nouvelles compétences ultimes et un nouveau style artistique flashy, Samurai Warriors 5 est, tout bien considéré, une nouvelle sortie de la série et un autre ajout solide à l’impressionnante gamme de jeux Musou de KOEI TECMO et OMEGA FORCE.

Combattre le feu par le feu

Conclusion :

Samurai Warriors 5 prend la franchise de longue date, lui donne un coup de peinture merveilleusement vibrant, ajoute quelques excellentes nouvelles mécaniques de combat et remplit son mode histoire avec des cinématiques bien dirigées, résultant en un ajout élégant à la série qui saura plaire aux fans et aux nouveaux arrivants. Certes, il y a quelques ratés ici et là – nous n’aimons pas son système grindy d’amélioration de votre Dojo et de votre Forge, il limite vos choix de personnages à certains moments de la campagne et ce roster dépouillé ne manquera pas d’en irriter certains – mais, dans l’ensemble, ce jeu est un excellent ajout à la gamme des jeux Musou. Il s’agit d’un hack and slash rapide, flashy, et plus important encore, il fonctionne presque parfaitement techniquement tout en le faisant, peu importe votre plateforme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :