Ghost of Tsushima Director’s Cut – Point trop n’en faut

C’est la nouvelle lubie de PlayStation, sortir des versions bourrées de bonus des hits PS4. Après l’annonce, mais avant la sortie de Death Stranding Director’s Cut, voici Ghost of Tsushima Director’s Cut ! Quoi de neuf pour ce jeu qui fut pour moi, le GOTY 2020. Un nouveau DLC et quelques upgrades techniques. Mais est-ce qu’il est vraiment nécessaire d’y retourner ? Après avoir fini l’extension, j’en doute, même si l’aventure reste très belle. Je vous explique pourquoi.

Support : Playstation – Éditeur : PlayStation Studios  – Développeur : Sucker Punch  – Genre : Action et Aventure – Sortie : 20 août 2021 – Prix standard : 70€ sur PS4 et 80€ sur PS5 – PEGI 18+

RAPPEL : Une Critique est l’avis subjectif d’un des membres de la rédaction de TheRenegades. Elle a pour objectif de porter une opinion supplémentaire à un ensemble d’avis positifs comme négatifs, dont seul le lecteur pourra se faire sa propre opinion. Une Critique peut être débattue, avec les échanges d’opinions de chacun, mais n’est pas, une vision imposée aux autres par celui qui l’écrit. N’hésitez pas à venir débattre du sujet avec nous dans les commentaires ou sur Discord.

Ghost of Tsushima Director’s Cut est proposé sur les deux supports de Sony, la PS4 et la PS5. Il s’agit d’une version « definitive edition », même si l’éditeur préfère utiliser à tort un terme issu du monde cinématographique. Cette nouvelle version se compose d’un DLC inédit, qui va transporter le joueur dans quelques heures supplémentaires, cette fois-ci sur l’île d’Iki. L’hsitoire est tout de même intéressante, Jin Sakaï se remémore les souvenirs sur la mort de son père. Le titre se dote aussi d’un mode en ligne nommé Legends, qui permet à deux équipes de s’affronter dans un mode en horde ou versus. Puis si vous jouez sur PlayStation 5, une upgrade technique améliore le jeu dans les meilleures conditions, avec de la 4K native et du 60 FPS (pour une aventure encore plus intense).

Passons rapidement sur l’aspect visuel, qui reste aussi beau qu’à l’origine. L’upgrade PlayStation 5 permet enfin de profiter d’une fluidité exemplaire, un monde ouvert époustouflant et embelli par sa direction artistique déjà maintes fois remarquée. L’île d’Iki propose de nouveaux environnements toujours aussi vastes et colorés, qui dépaysent un peu de ceux de l’île de Tsushima. Là-dessus les équipes de Sucker Punch maitrisent leur sujet.

Côté jeu les développeurs connaissent très bien leur copie aussi, le jeu est plaisant, l’histoire est bien écrite et nous accompagne du début à la fin sans perdre en rythme. Cependant malgré ces éloges mérités, cette extension n’est pas aussi folle que le jeu d’origine. Il y a l’effet de découverte en moins, mais il y aussi pour ceux qui ont joué des heures et des heures, une sensation de déjà trop vu. Même si comme je le disais plus haut, l’île propose de nouveaux lieux et environnements toujours aussi poétiques, il y a un côté « trop ». C’est comme un dessert que nous apprécions beaucoup trop, à en manger plus que nécessaire par gourmandise et finir par le regretter.

Il m’a été plus difficile de terminer cette aventure, bien que j’ai été très content de la débuter. Les développeurs ont tenté de nouvelles idées de missions secondaires et de collectible, notamment avec les défis à l’arc, les sanctuaires à énigme et de nouveaux secrets à rechercher. Il y a une volonté de renouvellement, pour éviter l’impression de déjà vu. Malgré tout, la sensation de réchauffer est là. Très content de reprendre  l’aventure, mais j’aurais préféré attendre un tout nouveau jeu.

Conclusion en deux parties, pour ceux n’ayant jamais joués au jeu et ceux ayant déjà terminé le jeu d’origine :

Si vous n’avez pas fait Ghost of Tsushima vous allez trouver dans cette version Director’s Cut (et plus particulièrement sur PlayStation 5), un titre d’une grande richesse. Une claque visuelle qui ne doit pas sa superbe à une prestation technique, mais au talent de la direction artistique. Nous plongeons dans l’ère d’Edo et nous faisant vivre une aventure intense, riche et profonde sur le plan de l’écriture. Bien que le titre d’origine dispose d’une large durée de vie, la prolongation que l’extension offre ravira les jeunes recrues.

Si vous avez retourné le jeu dans sa première version, comme j’ai pu le faire, cette version est un peu la patisserie dont nous avons abusé par gourmandise. L’histoire principale est bien écrite, le lore est accentué, les environnements sont sublimes et retourner dans cet univers est un véritable plaisir, mais qui se consomme vite et ce n’est pas les quelques changements de quêtes secondaires qui vont raviver la flamme. II s’agit d’une bonne extension, mais il n’en faudra pas plus pour ne pas être lassé.

Les replays des streams sur Ghost of Tsushima Director’s Cut (ZeCowboy)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :